Quoi de neuf depuis la première édition de « Livres comme l'Air»

Voici le suivi des événements en regard des écrivains jumelés dans le cadre des différentes éditions de « Livres comme l'Air ».

2015 - Seizième édition
2014 - Quinzième édition
2013 - Quatorzième édition
2012 - Treizième édition
2011 - Douzième édition
2010 - Onzième édition
2009 - Dixième édition
2008 - Neuvième édition
Retrouvez les archives 2001 à 2007 sur cette page >

 




 

 

  ÉDITION 2015

           
   

Mostafa Azizi
(Iran)

Libéré le 9 avril 2016

 

J'écrivain et ancien président de la représentation iranienne de l’Association internationale du film d’animation, Mostafa Azizi, résident permanent au Canada, a été condamné à huit ans d'emprisonnement à la prison d'Evin depuis le 1er février 2015 suite à un procès inique. Il a été condamné pour des accusations vagues et excessivement larges liées à la sécurité nationale pour avoir exercé pacifiquement son droit à la liberté d’expression, notamment à travers des publications sur Facebook. Il souffre de nombreux problèmes de santé et les conditions de détention très sévères à la prison d'Evin sont inadaptées.
(Amnistie internationale et PEN International)

Il était jumelé à Anne-Marie Sicotte.

           
    Htin Lin Oo
(Myanmar)

Libéré le 19 avril 2016

 

Htin Lin Oo est écrivain et ancien responsable de l’information au sein de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), principal parti d’opposition au Myanmar. Il a été reconnu coupable pour « insulte à la religion » après avoir prononcé un discours dans lequel il critiquait le fait d’invoquer le bouddhisme pour promouvoir la discrimination et des opinions extrémistes. Le 2 juin 2015, il a été condamné à une peine de prison de deux ans ainsi qu’à des travaux forcés par un tribunal de la région de Sagaing. Il a dû quitter son poste à la LND peu après son inculpation.

Il était jumelé à Éric Dupont.

           
   

Mahvash Sabet
(Iran)

À venir

 

L’enseignante et poète iranienne Mahvash Sabet, aujourd’hui âgée de 62 ans, purge actuellement une peine de prison de vingt ans à Téhéran. Elle fait partie d’un groupe de sept dirigeants de la communauté baha’ie iranienne « Yaran-i-Iran » - Les amis de l’Iran - détenus depuis 2008 en raison de leur foi et de leurs activités. Ils ont été détenus sans inculpation jusqu’en janvier 2010, détention durant laquelle ils ont tous subi des traitements et des privations effroyables. Mahvash Sabet a commencé à écrire des poèmes en prison, dont un recueil a été publié en traduction anglaise le 1er avril 2013.
(Amnistie internationale et PEN International)

Elle était jumelé à Joséphine Bacon.

           
   

Ilham Tohti
(Chine)

À venir

 

 

lham Tohti, 45 ans, professeur d’économie, avait cofondé le site internet Uyghur Online afin de favoriser les échanges entre Ouïghours et Han. Arrêté en janvier 2014, accusé de « séparatisme » en juillet de la même année et reconnu coupable à l’issue d’un procès injuste, il a été condamné à l’emprisonnement à vie et ses biens ont été intégralement saisis. L’intellectuel n’a jamais fait l’apologie de la violence ou pris position en faveur du séparatisme. En juin 2014, il a été privé de nourriture pendant deux périodes de 10 jours et on lui a sans doute attaché les pieds pendant plus de 20 jours.

Il était jumelé à Larry Tremblay.

           
   

Gao Yu
(Chine)

À venir

 

Gao Yu, âgée maintenant de 71 ans, est l’ancienne rédactrice-en-chef de Economics Weekly. Cette journaliste reconnue de Pékin « a disparu » le 23 avril 2014 et a été détenue au secret pendant deux semaines avant que les autorités ne dévoilent, dans une « confession » télévisée, qu’elle était emprisonnée parce qu’on la soupçonnait d’avoir « livré des secrets d’état à l’étranger ». En avril 2015, déclarée coupable pour « divulgation des secrets d'État », Gao Yu a été condamnée à sept ans de prison, malgré les appels en sa faveur d'organisations de défense des droits humains; sa santé est mauvaise et on lui refuse les soins médicaux dont elle a besoin.
(Amnistie internationale et PEN International)

Il était jumelé à Laure Morali .

           
   

Itai Dzamara
(Zimbabwe)

À venir

 

 

Itai Dzamara, journaliste, militant en faveur de la démocratie et dirigeant du groupe protestataire Occupy Africa Unity Square, était le rédacteur en chef et fondateur du journal Chef Nouvelles depuis 2008. Il a aussi travaillé pour diverses publications comme le Zimbabwe Independent, la Norme et le Zimbabwe. Dzamara a été enlevé en mars 2015 en banlieue de Harare quelques jours après sa participation à un rassemblement contre la détérioration des conditions économiques au Zimbabwe. Il demandait aussi la démission du président zimbabwéen Robert Mugabe. Des membres de sa famille et des avocats spécialisés dans les droits humains ont tenté en vain de le localiser. Il demeure introuvable. (Amnistie internationale et PEN International)

Il était jumelée à Lise Gauvin.

           
   

Aron Atabek
(Kazakhtan)

À venir

 

Aron Atabek est un poète, journaliste et activiste social emprisonné depuis 2007 pour « incitation à la violence ». Il a déjà passé un tiers de sa sentence de 18 ans en détention solitaire dans des conditions extrêmement difficiles. Il a écrit plusieurs livres de poésie et de prose et fut le fondateur, en 1992, du journal mensuel Khak (La Vérité). Atabek, maintenant âgé de 62 ans, a reçu en 2004 le prix littéraire Almas Kylysh et, en 2010, le prix « liberté de créer » de la Fondation Richard F. Chandler.
(Amnistie internationale et PEN International)

Il était jumelé à Louise Dupré.

           
   

Druklo
(Chine)

À venir

 

Druklo, aussi connu sous son nom de plume Shokjang, est un jeune écrivain et blogueur tibétain de renom connu pour ses articles dénonçant la situation actuelle au Tibet. Suite à un article décrivant l’augmentation des patrouilles de police chinoise à l’approche d’un anniversaire tibétain politiquement sensible, en mars 2015, il a été emmené par des policiers alors qu’il se trouvait dans un hôtel dans le canton de Tongren se situant dans la préfecture autonome tibétaine de Huangnan. Il serait détenu là arbitrairement sans pouvoir prendre contact avec un avocat et risquerait d’être victime de torture et d’autres mauvais traitements.
(Amnistie internationale)

Elle était jumelé à Louis-Philippe Hébert.

           
   

Nurmemet Yasin
(Chine)

Libéré au mois de novembre 2014

 

L’écrivain et poète ouighour Nurmemet Yasin purge une peine de dix ans d’emprisonnement depuis 2004 suite à un procès à huit clos sans avocat pour avoir écrit une nouvelle intitulée « Wild Pigeon » considérée comme un réquisitoire déguisé contre les autorités chinoises de la région autonome ouïghoure du Xinjiang. Ses proches n’ont été autorisés à le voir qu’une seule fois et il serait en mauvaise santé. Il devait être libéré le 29 novembre 2014 mais la Chine n’a pas répondu aux demandes d’information d’Amnistie internationale. Le sort de Nurmemet est toujours aussi incertain.
(Amnistie internationale)

Elle était jumelé à Martin Michaud.

           
   

Mohammed Ibn al-Dheeb al-Ajami
(Qatar)

 

Libéré le 16 mars 2016

 

Mohammed Ibn al-Dheeb al-Ajami était un étudiant en littérature à l’Université du Caire en 2010 quand il a récité un poème (dans son appartement, entre amis) dans lequel il critiquait l’ancien émir cheikh Hamad Al Thani. Il purge actuellement une peine de prison de 15 ans pour « critique de la règle » et « incitation au renversement du système de décision », sentence qu’il a reçue à la suite d’un procès entaché d’irrégularités et une détention au secret. Ce poète bien connu dans le Golfe est détenu à la prison centrale de Doha où il a été maintenu à l’isolement depuis son arrestation.
(Amnistie internationale et PEN International)

Il était jumelée à Rawi Hage.

 

 

 

  ÉDITION 2014

           
   

Isaac Dawit
(Érythrée/Afrique)

À venir

 

Journaliste, écrivain et producteur de théâtre suédois-érythréen, la dernière fois qu’il a été vu vivant est en janvier 2010. Il a été emprisonné en septembre 2001 à Samara, lors d’une rafle du gouvernement contre des opposants. Des 11 journalistes arrêtés, sept sont morts en détention. Il avait co-fondé en 1997 le journal indépendant Setit. La Commission africaine des droits de l’homme a en mars 2013 enjoint au gouvernement d’étudier son dossier; sans résultat. Selon Reporters sans frontières, l’Érythrée, avec au moins 28 journalistes incarcérés est la plus plus grande prison d’Afrique. Le pays occupe la dernière position au monde quant à la liberté de la presse.

Il était jumelé à Nora Atalla.

           
    Ayyad al-Harbi
(Chine)

À venir

 

Journaliste, il a été condamné en janvier 2013 à deux ans d’emprisonnement pour supposées insultes à la famille royale. Il affirme avoir utilisé des termes appropriés en faisant référence à l’Émir. Dans des tweets qui datent de novembre 2012, il avait critiqué le gouvernement, l’enjoignant de cesser l’oppression des citoyens. Sur le site web Sabr il a encouragé la population à se soulever contre la corruption et à défendre la liberté d’expression et les droits des femmes. Ces derniers temps, le Koweït a le plus haut taux d’emprisonnement de journalistes et blogueurs du monde arabe en claire violation de ses engagements.

Il était jumelé à Oana Avasilichioaei.

           
   

Mukhlif Al-Shammari
(Arabie saoudite)

À venir

 

Écrivain et défenseur des droits humains âgé de 59 ans, il est emprisonné depuis juin 2013 pour 5 ans pour avoir diffusé sur YouTube une vidéo où deux femmes témoignaient des mauvais traitements dont elles avaient été victimes. Il déclare avoir été condamné sur la base d’articles sur la corruption du régime et l’hypocrisie de certains responsables religieux. Son crime : ‘atteinte à la réputation du royaume auprès des opinions publiques nationales et internationales’, ‘insulte au clergé’ et ‘incitation à la division du peuple’. Il est interdit de publication (journaux et réseaux sociaux) et de sortie du territoire pour 10 ans.

Source RSF

Elle était jumelé à Jean Bédard
.

           
   

Jihad Asad Mohamed
(Syrie)

À venir

 

 

Journaliste et ancien rédacteur en chef du magazine communiste Kassium, il est disparu depuis le 10 août 2013. Dans ses écrits, il s’était prononcé en faveur d’une réforme en Syrie. Il avait été convoqué pour être interrogé par la Sûreté de l’État après avoir donné une interview à une chaîne d’information russe. Il se savait surveillé et craignait d’être arrêté. Sa santé est en danger car il souffre de plusieurs intolérances alimentaires, doit suivre un régime strict et prendre des médicaments contre les allergies. Il est disparu dans une zone qui était à l’époque sous le contrôle du gouvernement syrien.

Il était jumelé à Michel Marc Bouchard.

           
   

Raif Badawi
(Arabie Saoudite)

À venir

 

Jumelé l’an dernier à Jean-Pierre Davidts, ce rédacteur en ligne de 29 ans, dont la femme et les trois enfants sont réfugiés à Sherbrooke, a co-fondé en 2006 un forum internet sur les questions sociales et religieuses; cible de cyber-attaques, piraté, harcelé, il ferme le site en 2008. Il organise en mai 2012 une conférence qui est interdite; incarcéré, on l’accuse de nuire à la sécurité générale et de ridiculiser la religion. Sa condamnation à 10 ans de prison, à une amende de 300,000$, à 1000 coups de fouet et à une interdiction de quitter le territoire à la fin de sa sentence est confirmée en septembre 2014.

Il était jumelé à Richard Dallaire.

           
   

Fazil Say
(Tibet)

À venir

 

 

Pour des tweets postés en avril 2012, cet écrivain, compositeur et pianiste de réputation internationale, né en 1970, a été condamné en avril 2013 pour ‘insultes aux valeurs religieuses d’une partie de la population’ à 10 mois de prison avec sursis, peine commuable en prison ferme s’il devait récidiver dans les deux ans. L’un de ses livres, Requiem pour Metin Altiok lui a été inspiré par le massacre de 37 intellectuels alévis à Sivas, en 1993. Six membres du conseil d’administration du PEN Turc qui s’est porté à sa défense, ont été interrogés et menacés de poursuites par la police turque.

Il était jumelée à Bertrand Gauthier.

           
   

Dina Meza
(Honduras)

À venir

 

Journaliste de 51 ans, défenseure des droits humains depuis 1989, elle dirige des médias numériques et anime sur une station de l’opposition l’émission ‘Des voix contre l’oubli’. Depuis 1986, elle est la cible de harcèlement et de menaces, et même d’une tentative d’enlèvement en 2013. Ces actes se sont multipliés depuis fin mai 2014 : elle est souvent suivie, menacée par téléphone et photographiée par des inconnus. Déjà récompensée par A.I. en 2007, elle enquête actuellement sur les atteintes aux libertés fondamentales au Honduras, notamment celles visant journalistes et défenseurs des droits humains. Elle accompagne les victimes dans leur quête de justice.

Il était jumelé à Pauline Gélinas.

           
   

Kunchok Tsephel Gopey Tsang
(Chine)

À venir

 

Journaliste de 44 ans, co-fondateur d’un site Internet en langue tibétaine qui fait la promotion de sa littérature et de sa culture, il purge depuis 2009 une peine de 15 ans de prison pour « divulgation de secrets d’état ». Aucun avocat n’a été autorisé à l’aider à faire appel. Transféré en août dernier vers une prison où les conditions de détention sont réputées plus sévères, sa famille n’a accès à lui que 30 minutes tous les deux mois; elle le voit derrière une vitre et doit lui parler par interphone en chinois, langue que sa mère ne maitrise pas.

Elle était jumelé à Linda Leith.

           
   

Sardar Alibeyli
(Azerbaïdjan)

À venir

 

Rédacteur en chef du journal Nota Bene et du site PS Nota, il fait depuis des années l’objet de persécution, de harcèlement et d’emprisonnements. Suite à des critiques contre le gouvernement, il est condamné à quatre ans de prison en juillet 2013 pour ‘hooliganisme’; la défense n’a pas pu présenter de témoins et la victime de la supposée agression s’est rétractée mais le tribunal n’en a pas tenu compte. Son opposition au président Ilham Aliyev est partagée par au moins sept autres journalistes emprisonnés par le gouvernement de Baku , sans compter tous ceux qui sont harcelés, attaqués, menacés.

Elle était jumelé à Larry Tremblay .

           
   

Pinar Selek
(Turquie)

 

À venir

 

Âgée de 43 ans, cette écrivaine et sociologue de renom, féministe et antimilitariste, est la victime d’une rocambolesque saga judiciaire qui la poursuit depuis 1998. Après avoir refusé de communiquer le nom de rebelles kurdes qu’elle avait rencontrés, elle est accusée de complicité, puis de responsabilité directe dans un attentat terroriste – plus tard reconnu comme une explosion due à une fuite de gaz – et elle est condamnée en janvier 2013 à la prison à perpétuité par une cour qui l’avait acquittée en 2006, 2008 et 2011. Elle a quitté la Turquie et a le statut de réfugiée politique en France depuis 2013.

Il était jumelée à Ouanessa Younsi.

 

 

 

  ÉDITION 2013

           
   

Dieudonné Enoh Meyomesse
(Cameroun)

Libéré le 16 avril 2015

 

Écrivain, poète, homme politique et éditeur de 57 ans; diplômé d’université française, arrêté en novembre 2011 et accusé, entre autres, de tentative de coup d’État. Ses conditions de détention sont très pénibles; on retire les charges mais le maintient en prison. Sans preuves ni témoins on le reconnait coupable de vol et de vente illégale d’or lors d’un procès où il ne peut témoigner. Il remporte en janvier 2013 le prix Oxfam Novib / PEN de la liberté d’expression. PEN international lance une campagne pour obtenir sa libération. Il a publié plusieurs livres à sa maison d’édition, Éditions du Kamerun.

Il était jumelé à Marie-Célie Agnant.

           
    Li Bifeng
(Chine)

À venir

 

Poète et romancier de 48 ans. Dès après le « Printemps de Pékin » de 1989, il est emprisonné pour 5 ans en 1990 pour « propagande et crime contre-révolutionnaire », puis, en 1998, pour 7 ans pour « fraude fiscale », accusation fabriquée. Il est arrêté pour « crimes économiques » en 2011 et condamné en 2012 à 12 ans de prison pour « escroquerie » – accusation sans fondement. Il est plutôt soupçonné d’avoir aidé la fuite d’un écrivain exilé à Berlin, Liao Yiwu, qui nie cette aide. Une campagne d’appui est lancée en septembre 2011.

Il était jumelé à Germaine Beaulieu .

           
   

Jabeur Mejri
(Tunisie)

Libéré le 4 mars 2014

Ré emprisonné et libéré de nouveau le 15 octobre 2014

 

Blogueur de 28 ans, il a été arrêté en mars 2012 et condamné à 7 ans et demi de prison, et à une amende pour des commentaires jugés insultants pour l’islam et les musulmans. On l’a déclaré coupable d’avoir publié des documents de nature à troubler l’ordre public et les bonnes mœurs et porté préjudice à des tiers du fait de cette publication. En juin 2012, sa condamnation a été confirmée par la cour d’appel. En avril 2013, sa condamnation a été confirmée par la Cour de cassation. Ses avocats ont sollicité en vain la grâce présidentielle.

Elle était jumelé à Jean-Paul Daoust.

           
   

Raif Badawi
(Arabie Saoudite)

À venir

 

 

Rédacteur et militant en ligne de 26 ans, avec Suad al-Shammari il a co-fondé en 2006 un forum internet qui promeut les débats sur les questions sociales et religieuses; cible de cyber-attaques, piraté, harcelé, il doit fermer le site en 2008. Lors d’une « journée du libéralisme », il organise en mai 2012 une conférence qui est interdite; incarcéré depuis juin 2012, on l’accuse de nuire à la sécurité générale et de ridiculiser des figures religieuses et la police religieuse. Son cas a été renvoyé en décembre 2012 avec le nouveau chef d’accusation d’apostasie, passible de la peine de mort.

Il était jumelé à Jean-Pierre Davidts .

           
   

Ángel Santiesteban-Prats
(Cuba)

Libéré le 17 juillet 2015

 

Écrivain et blogueur (Los hijos que nadie quiso) âgé de 47 ans il est le lauréat de nombreux prix littéraires cubains. Il a été condamné en décembre 2012 à cinq ans de prison après un procès pour agression présumée et intrusion, lourd d’irrégularités. Il a été transféré en avril dernier pour éviter qu’il rencontre une délégation de journalistes nationaux et internationaux. Plus tard, il a entamé une grève de la faim contre son traitement comme criminel. Il est en cellule d’isolement.

Il était jumelé à Gaétane Dufour.

           
   

Dolma Kyab
(Tibet)

Libéré le 9 octobre 2015

 

 

Écrivain et professeur d’histoire de 36 ans, il est emprisonné depuis 2005 pour avoir rédigé en chinois un manuscrit (non publié) sur la démocratie, la souveraineté du Tibet, le Tibet sous le communisme, le colonialisme, la religion et les croyances; il a aussi commencé un livre sur la géographie du Tibet, répertoriant les installations militaires chinoises. Il souffre de tuberculose. Il a été condamné en 2005 à 10 ans de prison pour « mise en danger de la sécurité de l’État ». Il a reçu en 2012 le prix « Liu Xiaobo du courage d’écrire » décerné par le Centre PEN chinois indépendant.

Il était jumelée à Karoline Georges.

           
   

Akram Aylisi
(Azerbaïdjan)

À venir

 

Écrivain, dramaturge, traducteur, ancien parlementaire, âgé de 75 ans, il a reçu de nombreux prix littéraires. Il est persécuté depuis la publication (en Russie) en 2012 d’un roman dont le thème est la réconciliation entre les Azéris et leurs voisins Arméniens ; il rappelle le passé trouble des Azéris lors de pogroms anti-arméniens. En janvier 2013, ses livres et ses portraits sont brûlés, il est harcelé et des manifestations contre lui sont diffusées par la télévision publique comme « punition méritée » ; il est destitué de ses titres et honneurs ; on le taxe d’infidèle, on lui cherche des filiations arméniennes.

Il était jumelé à Pierre Ouellet .

           
   

Somyot Prueksakasemsuk
(Thaïlande)

À venir

 

Journaliste de 51 ans, syndicaliste militant des droits du travail et de la liberté d’association. Il publie en 2010, dans sa revue Voice of Taksin deux articles jugés diffamatoires à l’égard de la famille royale. La publication interdite, il en crée une autre, Red Power, favorable aux Chemises rouges. Elle connait le même sort. Il fait campagne pour le retrait du crime de lèse-majesté. Arrêté en avril 2011, il est jugé sans jury en avril-mai 2012, 170 observateurs internationaux sont présents. Il est condamné le 23 janvier 2013 à douze ans de prison pour lèse-majesté et insulte à la monarchie.

Elle était jumelé à André Roy .

           
   

Vo Minh Tri et Tran Vu Anh Binh
(Vietnam)

À venir

 

Auteurs-compositeurs et blogueurs, respectivement âgés de 34 et 37 ans, accusés de « propagande contre la République » pour des chansons critiquant le gouvernement sur des questions de justice sociale et de droits humains, et lui reprochant le manque de fermeté dans l’opposition aux politiques chinoises en mer de Chine. Détenus, libérés puis emprisonnés depuis 2011, ils ont été condamnés le 30 octobre 2012 à 6 et 4 ans d’emprisonnement.

Elle était jumelé à Neil Smith.

           
   

Mohammed Al Ajami
(Qatar)

 

Libéré le 16 mars 2016

 

Poète de 38 ans arrêté en novembre 2011 pour « incitation au renversement du régime » et « outrage à l’émir » pour avoir lu en public un poème. Il est détenu en isolement; son procès a été entaché d’irrégularités (falsification de preuves, refus de la présence de son avocat – un ancien ministre de la justice – qui doit plaider par écrit). Il a été condamné à la réclusion à perpétuité puis, en appel, en janvier 2013, sa peine est réduite à 15 ans d’emprisonnement.

Il était jumelée à Kim Thúy .

 

 

 

  ÉDITION 2012

           
   

Ericson Acosta
(Philippines)

À venir

 

Éricson Acosta est détenu sans jugement aux Philippines depuis février 2011. Agé 39 ans, c'est un poète, auteur-compositeur, comédien, metteur en scène et activiste. Ancien rédacteur en chef du journal étudiant Philippines Collegian et président de l'association culturelle des étudiants Alay Sinin, il a également travaillé pour le Manila Times. Le 13 février 2011, il a été arrêté San Jorge, à l'est du pays, soupçonné d'être un membre de la Nouvelle Armée Populaire (APN). Il était sans arme et menait une recherche au sujet des droits de l'homme et des questions environnementales dans la région. Le 16 février, une accusation de possession illégale d'explosifs a été déposée contre lui. Il reste en détention en attendant de passer en jugement malgré le délai de 180 jours prévu dans la loi. Plus d'un an après son arrestation, aucune plainte n'a été déposée contre lui. En prison, il a continué à écrire et à donner des interviews de presse. Pour suivre son cas

Source : P.E.N. international

Il était jumelé à Katia Canciani .

           
    Ales Byalyatski
(République du Belarus)

À venir

 

Ales Byalyatski est écrivain et un activiste et chef du centre de droits humains le Vyasna (Printemps) en Biélorussie. Il est l'un des membres fondateurs de l'association littéraire biélorusse Tutejshyja; il a dirigé le Musée littéraire Maxim Bahdanovich.

Activiste des droits humains, il a été condamné à 4 ans et demi de prison le 24 novembre 2011 pour fraudes fiscales. Il avait en effet été arrêté le 4 août 2011 pour usage déclaré de comptes personnels en Lituanie et en Pologne afin de recevoir des fonds provenant de donneurs internationaux voulant aider les activités de droits humains du Vyasna. Ce centre avait fait campagne pour de nombreux activistes d'opposition persécutés par le gouvernement du Président Alexsander Lukashenko. Le régime avait retiré son enregistrement officiel au Vyasna, le mettant dans une situation précaire pour son financement et ses levées de fonds en Biélorussie.

Source : Amnistie internationale

Il était jumelé à Normand de Bellefeuille.

           
   

Gaona Angye
(Colombie)

À venir

 

Gaona Angye est une poète et artiste colombienne née en 1980. Longtemps collaboratrice du Festival International de Poésie de Medellín, elle a créé, en 2001, un Salon international de la poésie expérimentale et produit des émissions culturelles à la radio. Ses poèmes ont été inclus dans des anthologies et des publications imprimées ou électroniques. Elle a été traduite en français, catalan, portugais et anglais.

En janvier 2011, elle a été incarcérée au retour du Venezuela sans qu'aucune accusation ne soit portée contre elle. Après une campagne internationale, elle avait été libérée. Peu de temps après sa sortie de prison, le 20 mai 2011, elle a été accusée de trafic de drogue. La vérité est qu'elle n'avait jamais cessé de dénoncer les assassinats et disparitions perpétrés par les militaires, la police, les services secrets et autres escadrons de la mort. Elle est en résidence surveillée. Lors de son procès, elle encourt jusqu'à vingt ans de prison.

Source : Amnistie internationale

Elle était jumelé à Denise Desautels.

           
   

Chen Wei
(Chine)

À venir

 

 

Chen Wei est un militant et écrivain d’origine chinoise. Selon Amnistie Internationale, il a été arrêté pour avoir publié en ligne et envoyé des informations à des organismes basés à l’étranger.

Son interpellation a eu lieu en février 2011 lors d’une répression policière visant à empêcher le déroulement de manifestations. Son procès s’est déroulé le 23 décembre 2011 et a duré deux heures devant le tribunal populaire intermédiaire de Suining, dans la province du Sichuan. Le tribunal l’a condamné à neuf ans de prison pour « incitation à la subversion de l’Etat ». Il s’agit de la plus lourde peine prononcée à l’encontre d’un militant pendant la répression « de jasmin ».

C’est sa troisième condamnation à l’emprisonnement. Il avait été condamné pour avoir participé au mouvement pour la démocratie en 1989 et pour avoir rendu hommage aux victimes de la répression du mouvement de 1989.

Source : Amnistie internationale

Il était jumelé à Jean Désy.

           
   

Abdulhadi Al-Khawaja
(Bahrain)

À venir

 

Abdulhadi Al-Khawaja est un blogueur du Bahraïn qui défend les droits humains. Arrêté en juin 2011, on l’a accusé.de conspiration pour renverser le gouvernement. Favorable à des réformes politiques et dénonciateur des abus et des violations des droits humains, il a été condamné à prison à perpétuité. Plusieurs allégations stipulent qu’il a été torturé avant son procès. Le procès n’a d’ailleurs pas atteint les lois standards de la justice et aucune investigation à propos de cette torture n’a eu lieu. Il a interjeté appel en avril 2012.

Il avait amorcé une grève de la faim le 8 février 2012, et ce, jusqu’à sa libération ou sa mort. Il n’a pu recevoir une première visite de sa femme qu’en avril dernier. Elle a affirmé que son époux avait été nourri de force par les autorités, qui le nient, et que son état de santé est critique.

Sources : Amnistie internationale

Il était jumelé à Peter Dubé.

           
   

Nguyen Hoàng Hai
(Vietnam)

À venir

 

 

Nguyen Hoàng Hai est un blogueur et militant vietnamien connu sous le nom de Dieu Cay (« la pipe à eau du paysan »). Il a co-fondé en 2007 l’organisation indépendante Club des journalistes vietnamiens libres. Il a écrit des articles critiquant la politique étrangère de la Chine concernant le Vietnam et a participé à des manifestations pacifiques. Il utilisait ses blogs pour révéler la corruption et promouvoir les droits humains au Vietnam.

Depuis, il est emprisonné et n’a pu revoir sa famille, il a rencontré pour la première fois son avocat en mars 2012. Il semblerait qu’il soit malade et qu’il ait perdu beaucoup de poids.

Source : Amnistie internationale

Il était jumelée à Georges Leroux.

           
   

Gankye Drubpa Kyab
(Tibet)

À venir

 

Gankye Drubpa Kyab est un écrivain tibétain âgé de 33 ans. Le 15 février 2012, la police a perquisitionné son domicile où il vit avec sa femme Wangchuk Lhamo, sa fille et son fils, puis l’a arrêté. Selon sa femme, les policiers lui auraient seulement dit qu'il devait être interrogé. On ne sait pas sur quoi devait porter cet interrogatoire. On n'a toujours aucune nouvelle à son sujet et aucune accusation n'a été portée contre lui.

Gangkye Drubpa Kyab a été enseignant pendant plus de dix ans à la Préfecture autonome tibétaine Kardze à Serta. Il est l’auteur du livre intitulé Les larmes d’aujourd’hui.

Depuis des décennies l'opposition politique à l'occupation chinoise du Tibet fait l'objet d'une sévère répression. Le changement imminent de leadership en Chine pourrait, selon le Dalaï Lama, permettre la réouverture d'un dialogue; les gouvernements démocratiques doivent cependant garder ouvert le dossier tibétain aux Nations-Unies et ailleurs.

Source : P.E.N. international

Il était jumelé à Sylvain Meunier .

           
   

Nasrin Soutadeh
(Iran)

Libérée le 16 septembre 2013

 

Nasrin Soutadeh est une écrivaine, journaliste et avocate des droits de l’homme, surtout du droit des femmes et des enfants. Mère de deux enfants, elle a été arrêtée le 4 septembre 2010 pour « propagande contre l’état », « action contre la sécurité nationale » et « violation du code vestimentaire islamique (hijab) » dans un discours filmé. Tous ses documents personnels ont été saisis. Elle a aussi été poursuivie pour ses entrevues accordées à des médias étrangers sur les élections présidentielles de juin 2009, pour conspiration qui trouble l’ordre de l’état ainsi que pour coopération avec l’association de la défense des droits humains.

Initialement condamnée à onze ans d’emprisonnement le 9 janvier 2010, elle a vu sa peine réduite à six ans suite à un appel en septembre 2011. Lors du même appel, elle a vu son interdiction de pratiquer le droit pendant vingt ans réduite de moitié.

Source : Amnistie internationale

Elle était jumelé à Pauline Gill.

           
   

Narges Mohammadi
(Iran)

À venir

 

Narges Mohammadi est une journaliste iranienne, porte-parole du Centre de défense des droits humains. Son travail a été primé dans plusieurs pays. Elle a co-fondé le Comité pour la fin des exécutions de mineurs, le Conseil national pour la paix qui vise à apaiser les tensions internationales suscitées par la politique nucléaire de l‘Iran, et le Comité pour la défense des élections libres, saines et équitables.

Le 22 avril 2012, elle a été arrêtée à Zanjan puis transférée à la prison d‘Evin à Téhéran sous le contrôle du ministère des Renseignements.

Mère de jumeaux en bas âge, elle souffre d‘une pathologie exacerbée par le stress. En 2011, elle avait été condamnée (puis relaxée) pour « rassemblement et collusion en vue de commettre des infractions compromettant la sécurité nationale » et « propagande contre le régime ». Depuis 2009, son passeport a été confisqué et elle est interdite de voyage à l'étranger.

Source : Amnistie internationale

Elle était jumelé à Jocelyne Saucier.

           
   

Hussein Essou
(Syrie)

 

À venir

 

Hussein Essou est un écrivain syrien d’origine kurde âgé de 59 ans favorable aux réformes. Il a exprimé publiquement son soutien aux mouvements de protestation populaires, participé à des manifestations à Al Hasakah et fourni des informations à des médias internationaux. Dans ses écrits, il aborde des questions politiques et critique régulièrement les autorités syriennes. Il a publié une déclaration condamnant l’arrestation d'une figure de l’opposition. Il rédige aussi des poèmes.

Début septembre 2011, il a été arrêté par des agents des forces de sécurité. Il a été détenu au secret à Al Hasakah, dans le nord-est de la Syrie. Il souffre de troubles cardiaques et des amis qui se sont rendus pour lui porter des médicaments n'ont pu le voir. Selon Amnistie Internationale il aurait été transféré à Damas mais rien ne confirme cette information.

La situation actuelle en Syrie impose bien sûr une grande préoccupation à son sujet.

Source : P.E.N. international

Il était jumelée à Johanne Seymour.

 

 

 

  ÉDITION 2011

           
   

Nevin Berktas
(Turquie)

Libérée en novembre 2011

 

Nevin Berktas, 53 ans, de nationalité turque, a été condamnée à 10 mois de prison pour un livre publié en 2000, pendant qu'elle était en prison, intitulé Cellules de prisons: endroit difficile qui met la foi au défi, où elle relate ses expériences en prison suite à sa résistance au coup d'état militaire de 1980. Cette condamnation récente est le fruit d'un 4e procès pour la même « offense»; dans tous les autres cas, elle avait été acquittée ou condamnée à des amendes mineures mais n'avait jamais été relâchée. Il s'agit d'un cas patent de harcèlement judiciaire. Au total, entre les caprices des divers régimes et les incompétences judiciaires Nevin Bertkas aura passé 22 ans de sa vie en détention pour crime de conscience et de conviction, toujours en rapport avec ses écrits, sous des régimes politiques souvent opposés et ce, sans jamais avoir de quelque façon menacé l'ordre public.

Source : Amnistie internationale

Il était jumelée à Brigitte Purkhardt.

           
    Maikel Nabil Sanad
(Égypte)

Libéré en janvier 2012

 

Maikel Nabil Sanad, 25 ans, est un objecteur de conscience et blogueur égyptien condamné le 11 avril 2011, à trois ans de prison pour « insulte à l’institution militaire », « publication de fausses nouvelles » et « troubles à l’ordre public ». Il avait publié un rapport qui remettait en cause l’apparente neutralité de l’armée lors des manifestations de janvier et février 2011. Il est le premier prisonnier d’opinion depuis la chute du pouvoir de Moubarak. 

Il a étudié aux États-Unis en 2008 et en a rapporté un grand respect pour les activistes qui protestaient, dans les années '60, contre la guerre au VietNam. Il condamne l'appui que donnent les États-Unis à l'institution militaire égyptienne tout en proclamant le droit d'Israël d'exister. Il affirme que sa lutte est contre la guerre, contre le racisme, contre le militarisme, contre l'anti-sémistisme et contre les violations des droits de la personne.

Sources : Amnistie internationale

Il était jumelé à Diane Regimbald.

           
   

Ran Yunfei
(Chine)

Libéré 9 août 2011 puis assigné à résidence

 

Ran Yunfei est un écrivain chinois critique littéraire, universitaire; son blog peut être consulté sur à cette adresse et sur Twitter. Le 19 février 2011 la police l’a arrêté, à Chengdu lors de la vague de détentions visant à prévenir une « révolution du jasmin », il est accusé avec d'autres blogueurs d'incitation à la subversion du pouvoir de l'Etat. Après six mois d'incarcération, il a été libéré mais assigné à résidence pour six autres mois, durant lesquels il est interdit de s'exprimer publiquement.

Il a écrit sur son blog, peu avant son arrestation: « Dans un pays libre, je passerais ma vie à faire des recherches dans une bibliothèque – mais je suis né à un endroit où on ne peut pas vivre paisiblement ainsi.Il n'y a pas de solution.Si je n'exprimais pas mes critiques de notre désastreuse réalité sociale, mon âme ne serait pas tranquille.J'aurais mauvaise conscience. »

Sources : Amnistie internationale

Il était jumelé à Francine Allard.

Il était jumelé à Diane Regimbald.

           
   

Chiranuch Premchaiporn
(Thaïlande)

Jugement le 30 mai 2012 : condamnée à 8 mois de prison avec sursis

 

 

Chiranuch Premchaiporn est militante des droits de l’Homme et la directrice de Prachatai,com, site thaïlandais qui contient des nouvelles, des articles de fond et un forum de discussion sur l’actualité dans le pays. Elle est actuellement en procès à Bangkok et elle fait face à dix chefs d'accusation, dont chacun entraine une peine maximale de cinq ans de prison. Abusivement, la loi sur l'informatique permet des condamnations allant jusqu'à 20 ans.

Elle été arrêtée en septembre 2010 au sujet d'informations présentes sur son site en avril 2008 et constituant, selon la police, un danger pour la sûreté du pays. Ces propos, choisis parmi 2500 commentaires présents sur le site, ont été jugés hostiles à la famille royale, constituant un crime de lèse-majesté et n'auraient par ailleurs pas été retirés assez vite du site. La personne qui les avait inscrits a été acquittée récemment. Prachatai.com a été fermé en juillet 2010.

Sources : Amnistie internationale

Il était jumelé à India Desjardins.

           
   

Ahmad Zeidabadi
(Iran)

En prison depuis novembre 2009 et condamné à 5 ans

 

Ahmad Zeidabadi, comme une quarantaine d'autres journalistes iraniens, est en détention à la suite de la présidentielle contestée de 2009. Né en 1966, il fut rédacteur en chef du journal Azad, collaborateur du journal Hamshahari, basé à Téhéran, du service en farsi de la BBC et du site d’information en farsi et anglais Rooz. Il est aussi professeur de sciences politiques, il a donné des conférences dans de nombreuses institutions universitaires.

Il a été jugé coupable de conspiration visant à renverser le gouvernement par « une révolution en douceur » Il purge une peine de 6 ans de prison.

En 2010, l’Association mondiale des journaux lui a décerné son prestigieux prix de la Plume d’or de la liberté qui récompense une action exceptionnelle en faveur de la liberté de la presse. Le Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO / Guillermo Cano 2011 lui a récemment été attribué. 

Sources : Amnistie internationale

Il était jumelé à Katia Grubisic.

           
   

Ahmad Qatamesh
(Palestine)

Libéré le 27 décembre 2013.

Était en détention administrative sans inculpation ni jugement depuis avril 2011. 

 

 

Ahmad Qatamesh est un écrivain palestinien détenu en Israël sans inculpation en « détention administrative» depuis avril dernier. Il constituerait un risque – non spécifié – pour la sécurité. De 1992 à 1998, il est devenu l’un des détenus administratifs le plus longtemps incarcérés. Malgré le manque de preuves, ses ordonnances de détention ont été continuellement renouvelées. Il fut relâché à la suite d’une campagne internationale en sa faveur. Il est connu pour sa publication autobiographique intitulée Je ne porterai pas ton tarbouche [fez], dans laquelle il raconte cette période passée en détention. Les procédures de détention administrative d’Israël permettent de détenir indéfiniment des personnes sans inculpation ni procès. Les autorités affirment que ces détenus concernés constituent un « risque pour la sécurité » mais ne leur disent pas, ni à leurs avocats, comment elles sont parvenues à cette conclusion, ce qui les empêche de pouvoir la contester efficacement.

Sources : Amnistie internationale

Elle était jumelée à Lysette Brochu.

           
   

Sami Amin AL-Arian
(États-Unis)

Résidence surveillée, interdit de quitter les états-Unis

 

Sami Amin AL-Arian est professeur à la South Florida University. Il a publié des textes défendant le peuple palestinien dont il est issu. Il a été arrêté par le F. B. I en février 2003 pour avoir appuyé financièrement un groupe « terroriste ». En décembre 2005, un jury l'acquitte, le Procureur de l'État ayant reconnu qu'il n'existait aucune preuve contre lui.

Incarcéré après son acquittement, il choisit d'en finir, plaide coupable à une accusation d'aide non violente à un groupe classé comme terroriste et dit souhaiter être déporté. À nouveau accusé et condamné, cette fois pour refus de témoigner contre d'autres personnes, il devait être libéré le 11 avril 2008 et déporté. On lui signifia alors un nouveau subpoena et lui refusa un cautionnement sous le prétexte de son imminente déportation.

Il est toujours en résidence surveillée, sous ordre de déportation et cependant interdit de quitter le sol américain.

Sources : Amnistie internationale

Elle était jumelé à Martin Wincler.

           
   

Tal Al-Mallouhi
(Syrie)

En prison depuis février 2011 et condamné à 5 ans

 

Tal Al-Mallouhi est une jeune blogueuse syrienne condamnée à 5 ans de prison par la Haute cour de Sûreté de l'État le lundi 14 février 2011 pour 'intelligence avec un pays étranger' et supposément avoir divulgué de l'information aux États-Unis. Âgée de 19 ans, elle rédigeait divers blogues contenant ses propres poèmes, des commentaires sur le monde arabe, et plus particulièrement la Palestine, mais aussi sur la situation dans son pays, dont la lenteur de l'application des réformes promises par le Président Bachar al-Assad. Petite-fille d'un ancien ministre du président al-Assad père, elle a été arrêtée en décembre 2009, quand les autorités ont saisi son ordinateur, des disques compacts et des livres. Lors d'un procès secret. elle a été accusée d'espionnage au profit de l'ambassade américaine en Égypte. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, basé à Londres, elle serait détenue dans de mauvaises conditions et recevrait de mauvais traitements.

Sources : Amnistie internationale

Il était jumelé à Mylène Durand.

           
   

Vladimir Nekliaev
(République du Bélarus)

Détenu par le KGB et condamné à 2 ans avec sursis

 

Vladimir Nekliaev, poète bélarusse âgé de 64 ans, a été condamné à deux ans de prison avec sursis après avoir été détenu pendant plusieurs mois dans une prison du KGB au Bélarus. Il avait été hospitalisé dans un état grave après son agression brutale à Minsk par les forces de l'ordre le soir de l'élection présidentielle du 19 décembre 2010 qui a vu la victoire d'Alexandre Loukachenko avec 80 % des voix. La transparence du suffrage a été sérieusement remise en question par les observateurs indépendants et la communauté internationale s'est élevée contre les abus du président, en place depuis quinze ans. Nekliaev a été arrêté, tout comme huit autres candidats de l'opposition aux présidentielles; sa demande de remise en liberté pour raison de santé avait été rejetée le 6 janvier. Les autorités l'ont alors accusé de « crime particulièrement grave ». Il souffre d'hypertension et sa santé demeure préoccupante.

Sources : Amnistie internationale

Il était jumelé à Pierre Nepveu.

           
   

Dhonkho
(Tibet)

 

En prison depuis 2010, condamné à 4 ans

 

Dhonkho (l'indompté), 33 ans, est écrivain et poète. Il a reçu divers prix littéraires et est journaliste dans le Sechouan. Il a publié dans le journal La Montagne des Neiges de l'Est des textes en tibétain sur la répression de 2008, traduits au chinois et distribués dans les provinces du nord avant que l'état n'en saisisse la plupart des copies. Il a été éditeur du journal le Soi moderne. à l'été 2010 il a été arrêté avec deux compagnons (Bouddha, le destitué et Garmi, le forgeron). Selon l'acte d'accusation, l'état a cru percevoir dans l'ensemble de leurs œuvres une incitation à l’autonomie politique en même temps qu'un appel au respect des droits humains. Après qu'on leur eut refusé toute consultation avec l'avocat de leur choix, ils ont été condamnés dans le cadre d'un procès sommaire à 3 ans de détention pour Garmi et à 4 ans pour Bouddha et Dhonkho.

Sources : Amnistie internationale

Il était jumelée à Stéphanie Paquin.

 

 

 

  ÉDITION 2010

           
  Pham Thanh Nghien   

Pham Thanh Nghien (Vietnam)

Condamnée en 4 ans de prison en janvier 2010

 

Journaliste, écrivaine et militante pour la défense des droits humains Elle a publié plusieurs essais sur Internet et est souvent intervenue sur Radio Free Asia dans le but de dénoncer les violations des droits humains perpétrées par le gouvernement vietnamien. En juin 2008, alors qu’elle demande une autorisation pour organiser une manifestation pacifique, elle est arrêtée. Restée en prison jusqu’au jour de son jugement, le 29 janvier 2010, elle est condamnée à quatre ans de prison et trois ans d’assignation à résidence pour « propagande contre l’état ». Elle est la lauréate du Prix des droits de l’homme Hellman/Hammett - 2009.

Source : Amnistie internationale

Il était jumelée à Claudine Bertrand .

           
  Raghdah Saïd Hassan   Raghdah Saïd Hassan
(Syrie)

Libérée en juin 2011

 

écrivaine Son premier roman, Les Nouveaux Prophètes aborde des questions politiques délicates. Il dérange les autorités. Trois mois avant son arrestation, le 10 février 2010, elle a été interrogée à plusieurs reprises par des agents de la Sécurité politique qui exigeaient qu'elle signe une déclaration certifiant qu'elle ne publierait pas son roman. Soupçonnée également d’être un membre actif d’un parti politique de l’opposition, elle n’a pu échapper au destin de ceux qui refusent d’obtempérer. à ce jour, elle n’a toujours pas été jugée, mais elle est tout de même gardée en détention.

Source : Amnistie internationale

Il était jumelée à Nadine Bismuth.

           
  Temel Demirer  

Temel Demirer
(Turquie)

En attente de procès

 

écrivain Il publie régulièrement des livres et participe à de nombreuses discussions sur le génocide arménien. Son droit à la liberté d’expression a été bafoué, suite à deux discours prononcés en 2007, il a fait l’objet de deux accusations. La première, pour avoir fait « de la propagande pour une organisation terroriste » et l’autre pour « dénigrement de la République turque et incitation à la haine et l’hostilité ». Grâce à l’usage fréquent de l’article 301, relatif au dénigrement de l’identité turque, de la République, et des fondements et institutions de l’état, les opinions dissidentes peuvent facilement être traduites en justice. Son premier procès, qui a traîné plus de deux ans, l’a déjà condamné à six mois de prison. à l’issu de son deuxième procès, prévu le 20 mai 2010, il risque d’être encore condamné à trois ans.

Sources : Amnistie internationale

Il était jumelé à Roxanne Bouchard.

           
  Liu Xiaobo  

Liu Xiaobo
(Chine)

En prison depuis 2009

 

 

écrivain et militant des droits de l’homme Il est une figure critique du régime communiste et une figure emblématique du Mouvement démocratique de Tiananmen, en 1989. Il a notamment écrit The Monologue of a Doomsday's Survivor. Après avoir perdu le droit de s’exprimer et de publier en Chine, constamment surveillé pour ce qu’il disait dans les médias étrangers, placé en résidence surveillée, envoyé en camp de rééducation par le travail, il est arrêté en décembre 2008 pour « incitation à la subversion du pouvoir de l’état ». Son crime? Avoir signé la Charte 2008, un texte qui exhorte au respect des droits de l'homme et de la liberté d'expression et à l'instauration d'élections pour un pays libre, démocratique et constitutionnel. Le 25 décembre 2009, il a été condamné à onze ans de prison.

Sources : Amnistie internationale

Il était jumelé à Diane-Monique Daviau.

           
  Bahman Ahmadi Amoui  

Bahman Ahmadi Amoui
(Iran)

En prison depuis 2010

 

Journaliste et écrivain
L’économie politique de la République Islamique et Comment les hommes de la République Islamique deviennent des technocrates, illustrent sa position critique envers la politique économique du Président Ahmadinejad. Son arrestation est survenue le 20 juin 2009 à la suite du mouvement de contestation de la réélection d’Ahmadinejad. Le 4 janvier 2010, il a été condamné à cinq ans pour « association dans l’intention de porter atteinte à la sécurité nationale », à un an pour « propagande contre le régime », un an et trente-deux coups de fouet pour « trouble à l’ordre public » et, enfin, à quatre mois pour « outrage au Président ».

Sources : Amnistie internationale

Il était jumelé à Nicolas Dickner.

           
  Igor Sutyagin  

Igor Sutyagin
(RUSSIE)

En exil depuis 2010

 

 

Chercheur et écrivain
Chercheur en science nucléaire à l'Institut états-Unis – Canada de Russie, et coauteur de Russian Strategic Nuclear Forces, en 2000, il a été faussement accusé d’avoir transmis des informations sensibles concernant les dispositifs d'armement russe à des officiers de renseignements américains. En avril 2004, alors qu’il avait déjà passé plus de quatre années en détention, il a été condamné à quinze années de prison. Son cas pose, entre autres, la question du respect du droit de toute personne d'être jugée dans un délai raisonnable. Igor Sutyagin est aussi connu pour les petites histoires allégoriques qu’il écrit. Dans le livre intitulé à mi-chemin des mines sibériennes, il raconte de façon lyrique sa vie en prison. En juillet 2010, il a fait partie d’un échange par la Russie contre la libération de 10 personnes arrêtées aux états-Unis et présumées être des agents russes. Il a toujours clamé son innocence, mais a accepté de signer un aveu de culpabilité afin de sortir de prison. Il vit en exil en Royaume-Uni et il espère pouvoir retrouver sa femme et ses filles en Russie.

Sources : Amnistie internationale

Il était jumelé à Jonathan Harnois.

           
  Eldaniz Elgun  

Eldaniz Elgun
(Azerbaïdjan)

Persécuté

 

Journaliste et écrivain
Il écrit pour le journal Milli Yol, ce qui lui vaut d’être régulièrement victime de menaces, d’intimidations et d’agressions. Sa situation s’est aggravée depuis l’écriture de son roman 13 Days 1001 Nights, un roman qui raconte une histoire d’amour entre un jeune Azéri et une jeune fille arménienne. Il a été contraint de retirer le roman de la vente et de le brûler sous peine d’être lui-même brûlé. Il est un exemple parmi tant d’autres de la répression infligée aux journalistes, écrivains et artistes en Azerbaïdjan. Ils sont le plus souvent victimes de complots de façon à être inculpés pour possession de drogues, hooliganisme ou terrorisme.

Sources : Amnistie internationale

Elle était jumelée à Ian McGillis.

           
  Maug Thura dit Zarganar  

Maug Thura dit Zarganar (Myanmar)

Libéré le 12 octobre 2011

 

Humoriste, acteur, réalisateur et poète.
Il est très populaire pour son métier d’acteur, mais ses poèmes, entre autres, Mon serment de sang et Oubli le sont tout autant. Entre 1988 et 2007, il a été détenu près de six ans en raison de ses opinions et de sa participation à des mouvements de protestations antigouvernementales. En 2008, le Myanmar est frappé par le cyclone Nargis. Zarganar critique ouvertement la réaction du gouvernement concernant la crise humanitaire qui s’en suit. Il paie très cher sa liberté de ton puisque le 21 novembre 2008, il a été condamné à trente-cinq ans d’emprisonnement. De plus, depuis le début de son incarcération, Zarganar souffre de problèmes de santé.

Sources : Amnistie internationale

Elle était jumelé à Robert Maltais

           
  Slim Boukhdhir  

Abdel Kareem Nabil Suleiman ou Kareem Amer
(Égypte)

Libéré le 15 novembre 2010

 

Jeune blogeur
En 2006, Kareem Amer a été emprisonné pour avoir critiqué le Président Moubarak et l’Islam. Sa situation a touché plusieurs organismes de droits humains, ainsi que de nombreux égyptiens qui, même s’ils n’approuvent pas tout ce qu’il a pu écrire, ont décidé de dénoncer cette injustice et de le soutenir. Kareem Amer a reçu le Prix Hugo Young pour son engagement exceptionnel envers la liberté d’expression. En 2004, le Président Moubarak avait officiellement annoncé au Président du Syndicat des journalistes égyptiens qu’il « s’engageait à mettre fin à la possibilité de prononcer des peines de prison à l’encontre des professionnels des médias poursuivis dans le cadre de leur profession ». Pourtant, Kareem Amer est détenu depuis le 6 novembre 2006 dans la prison de Borg El-Arab. Il a été condamné en 2007 à trois ans d’emprisonnement pour avoir « incité à la haine de l’islam » et à un an pour avoir insulté le président égyptien sur son blog.

Sources : Amnistie internationale

Il était jumelé à Jean-Jacques Pelletier.

           
  Tsering Woeser  

Ferhat Mehenni
(Algérie)

Toujours en exil

 

Chanteur et écrivain
Par ses écrits contestataires comme les Chants révolutionnaires de Kabylie, L'Algérie a 20 ans et L’Algérie : la question Kabyle, hostiles à la fois au pouvoir algérien et aux islamistes, Ferhat Mehenni est devenu le chef du Mouvement culturel berbère et du Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie (MAK). Victime, depuis 1977, d’un acharnement du gouvernement algérien, on lui compte à ce jour une douzaine d’arrestations. Depuis avril 2009, il est sous le coup d’un mandat d’amener pour avoir organisé avec le MAK, en 2008, une marche dans la ville de Tuviret. Afin éviter d’être emprisonné à nouveau, il est forcé à l’exil.

Sources : Amnistie internationale

Il était jumelée à Gaston Therrien.

 


 

 

  ÉDITION 2009

           
  Aung San Suu KyiDaw   

Giles Ji Ungpakorn (THAÏLANDE)

En exil depuis 2009

 

Professeur de sciences politiques à l'Université de Chulalonkorn, il a été inculpé en janvier 2009 d'un crime de lèse-majesté datant de la publication d'un livre en 2007, où des passages sont jugés insultants envers le roi. Il juge que la police cherche ainsi à empêcher toute discussion sur les relations entre la monarchie et la junte militaire. Plutôt que de se présenter devant la police en janvier dernier, il a quitté la Thaïlande pour l'Angleterre où il mène un campagne et sollicite des signatures pour une pétition pour l'abolition du crime de lèse-majesté en Thaïlande et en faveur de la liberté d'expression.

Source : Amnistie internationale

Il était jumelée à Michelle Allen .

           
  Dina Meza  

Musaad Suliman Hassan
(ÉGYPTE)

Libéré le 13 juillet 2010

 

 

écrivain et blogueur âgé de 40 ans, il est l'auteur de Talaat el Baden du nom d'une montagne du Sinaï, où il décrit les injustices commises contre les BédoUins par les autorités égyptiennes et israéliennes. Il est le fondateur du blogue Wedna Na'ish (Nous voulons vivre) qui traite aussi du sort des Bédouins et de leur faible représentation dans les médias égyptiens. Arrêté en décembre 2007 pour sa participation à des manifestations de défense des droits économiques, sociaux et culturels des Bédouins, il est toujours maintenu en détention administrative sans avoir fait l'objet d'une quelconque procédure judiciaire. Il a entrepris en novembre 2008 une grève de la faim dont sa santé souffre depuis.

Source : Amnistie internationale

Il était jumelée à Jean-François Beauchemin.

           
  Emadoldin Baghi  

Tan Zuoren
(CHINE)

En prison depuis 2009

 

écrivain et militant écologiste de premier plan et âgé de 55 ans, il a été arrêté le 28 mars 2009 et accusé d'incitation à la subversion de l'état. Fréquemment interrogé par la police pour son activisme et sujet de harcellement, il a vu son domicile fouillé le jour même de son arrestation et une abondante documentation a été saisie. Il n'a pu recevoir de visite de sa famille. On attribue son arrestation à l'intention qu'il aurait eue de publier une liste d'enfants morts lors du tremblement de terre de mai 2008 et un rapport indépendant sur l'effondrement de nombreux bâtiments scolaires, imputable à la corruption.

Sources : Amnistie internationale

Il était jumelé à Roxanne Bouchard.

           
   

Raja Petra Kamaruddin
(MALAISIE)

En clandestinité depuis 2009

 

Blogueur surnommé « RPK », il est le rédacteur en chef du site Malaysia today où il critique ouvertement la politique du gouvernement malaisien. Il a été accusé de diffamation et de sédition, ainsi que de semer la confusion au sein du peuple et de porter atteinte à la sacralité de l'Islam. La loi malaisienne permettant l'incarcération sans jugement pendant deux ans et ayant déjà été en détention pour des actions similaires il y a quelques années, il est entré en clandestinité plutôt que de se présenter à son procès en février, avril et mai dernier. Il avait écrit auparavant pour faire part de sa crainte d'être condamné à une détention indéfinie.

Sources : Amnistie internationale

Il était jumelé à François Charron.

           
  Ganimat Zahidov  

Habib Saleh
(SYRIE)

Libéré en février 2011

 

écrivain et journaliste âgé de 61 ans, collaborateur régulier d'un site d'information (elaph.com) il a été arrêté sans explication et est détenu depuis mai 2008. Après avoir été maintenu au secret pendant trois mois, il a subi son procès à partir du 11 novembre 2008; il a été condamné à trois ans de prison pour avoir critiqué le gouvernement, coupable d'affaiblissement du sentiment national et de diffusion de nouvelles susceptibles de porter atteinte au moral de la nation. C'est la troisième interpellation qu'il subit en sept ans et il a déjà été emprisonné de 2001 à 2004, puis de 2005 à 2007.

Sources : Amnistie internationale

Il était jumelé à Andrée Ferretti .

           
  Huang Jinqiu  

Chief Ebrima Manneh
(GAMBIE)

Possiblement décédé en détention

 

 

Reporter pour le Daily Observer (pro-gouvernemental), il a été arrêté en juillet 2006 pour avoir transmis des informations dommageables à un journaliste étranger lors du Sommet de l'Union africaine à Banjul ce mois-là. Il aurait été déplacé à partir de janvier 2007 vers d'autres institutions et on a perdu sa trace en juillet 2007, lorsqu'il recevait des soins au Royal Victoria Teaching Hospital de Banjul. Peu après, des officiers auraient déclaré qu'il 'ne verrait pas le jour suivant'. Les services de renseignement gambiens ont à plusieurs reprises nié détenir le journaliste. Le 5 juin 2008, la Cour de justice de la Communauté économique des états d'Afrique de l'Ouest a ordonné sa libération et condamné la Gambie à une amende.

Sources : Amnistie internationale

Il était jumelé à Gilles Jobidon.

           
  Jamyang Kyi  

Kunga Tsayang
(Tibet)

 

Moine écrivain, essayiste, chroniqueur et photographe amateur, originaire de la province du Qinghai dans la Préfecture autonome tibétaine, son nom de plume signifie Soleil du pays des neiges. Fréquent voyageur à travers la Chine et le Tibet, il surtout écrit sur les paysages, la culture et les coutumes caractéristiques du Tibet. Il a été arrêté le 17 mars 2009 par des agents du Bureau de la sécurité publique, dans son monastère Amdo Labrang Tashi Kyil. Victime d'un effort concerté du gouvernement chinois de contrôler l'information échangée sur le Net et dans les blogs, il est accusé d'avoir écrit des articles politiques sur le Tibet sur le site Jottings. On ignore où il se trouve actuellement.

Sources : Amnistie internationale

Elle était jumelée à Monique LaRue.

           
  Sayed Perwiz Kambakhsh  

Trần Khải Thanh Thuỷ (VIETMAN)

Libérée en janvier 2008, mis en résidence surveillée.

 

Journaliste, elle fut arrêtée le 23 avril 2007 et accusée d'avoir publié via Internet et la presse dissidente des articles critiques à l'endroit du gouvernement. Deux jours plus tôt, elle avait été surprise en train de diffuser des documents dits subversifs et une clé USB contenant certains de ses écrits a aussi été saisie. Elle a été condamnée à neuf mois d'emprisonnement pour diffusion de propagande hostile à l'encontre de la République socialiste du Viêt-Nam. Libérée en janvier 2008, elle est depuis lors assignée à résidence pour une période de trois ans. Elle est membre d'un groupe militant démocrate, Bloc 8406, jugé illégal par les autorités.

Sources : Amnistie internationale

Elle était jumelé à Véronique Marcotte.

           
  Slim Boukhdhir  

Albert Santiago Du Bouchet Hernandez
(CUBA)

Libéré le 7 avril 2009

En exil en Espagne

 

Directeur et reporter de l'Agence indépendante Habana Press, il a été arrêté le 18 avril dernier après un échange vif avec un policier, où il aurait proféré des slogans anti-gouvernementaux. Sa famille n'a pu le visiter depuis et il a été transféré à la prison Melena 2, au sud de La Havane. Après un procès sommaire où il n'a pu profiter de la présence d'un avocat, il a été condamné le 12 mai à trois années de prison pour irrespect envers l'autorité; on l'accuserait aussi de distribuer de la propagande ennemie. Il a fait une année de prison pour la même raison, en 2005-2006, et avait fait l'objet defréquentes menaces depuis sa libération

Sources : Amnistie internationale

Il était jumelé à France Théoret.

           
  Tsering Woeser  

Guo Qizhen
(CHINE)

Libéré le 11 mai 2010

 

écrivain et blogueur de 49 ans, il a été arrêté le 12 mai 2006 et condamné cinq mois plus tard à quatre ans de prison pour incitation à la subversion du pouvoir de l'état. Cette condamnation serait liée à des articles critiques sur le gouvernement publiés sur des sites Internet basés à l'étranger. Il a affirmé, par exemple, qu'il était temps de sonner le glas de ce mauvais régime et il a participé à une grève de la faim tournante. En juillet 2007, il a été battu par des codétenus. En février 2009, il a pu parler à sa femme et elle lui apporte, tous les deux ou trois mois, des médicaments fort coûteux que les autorités refusent de lui administrer.

Sources : Amnistie internationale

Il était jumelée à Jennifer Tremblay.

 


 

 

  ÉDITION 2008

           
  Aung San Suu KyiDaw   

Daw Aung San Suu Kyi (Myanmar)

Libérée le 13 novembre 2010

 

Chef de la Ligue nationale pour la démocratie. Placée sous résidence surveillée à plusieurs reprises, sa dernière détention devait prendre fin en mai 2009. Toutefois, à quelques jours de la date butoir, un Américain a nagé jusqu'à sa résidence et y est resté deux jours. Aung San Suu Kyi a été arrêtée et reconnue coupable d’avoir violé les conditions de son assignation à résidence.  Elle a été condamnée à dix-huit mois supplémentaires de résidence surveillée, l'empêchant ainsi de participer aux élections législatives birmanes qui se tiendront en 2010.

Elle a reçu le Prix Olof Palme pour les droits de l’homme en 2005.

Elle était jumelée à Arlette Cousture en 2003 et à l’invité d’honneur du Salon du Livre de Montréal François Barcelo en 2008.

           
  Dina Meza   Dina Meza
(Honduras)

Journaliste persécutée

 

Journaliste. Membre de l’Association pour une société plus juste (ASJ), elle y travaillait à titre de directrice de la revue en ligne « Revistazo.com » jusqu’en février 2008. Dès le début d’une enquête menée pas l’association sur des infractions au droit du travail commises par des compagnies de sécurité privée, les membres de l’ASJ ont commencé à recevoir diverses menaces. La Commission interaméricaine des droits de l’homme a alors demandé au gouvernement hondurien de les protéger. Mais les mesures de sécurité prises étaient insuffisantes et les résultats des enquêtes non concluants.

Elle a reçu le Special Award for Human Rights Journalism Under Threat décerné par la section britannique d’Amnistie internationale en 2007.

Elle était jumelée à Jade Bérubé.

           
  Emadoldin Baghi  

Emadoldin Baghi
(Iran)

Libéré le 5 octobre 2008

Arrêté de nouveau en 2009

Libéré le 21 juin 2011

 

Journaliste et militant contre la peine de mort. Il a  été condamné en 2000 à trois ans de prison et en 2004 à un an de prison pour avoir publié un livre mettant en cause les autorités iraniennes dans l’assassinat d’intellectuels et de journalistes en 1998. Il a été à nouveau condamné en juillet 2007 à trois ans de prison pour « action contre la sécurité nationale » et « publicité en faveur des opposants au régime ». Il a été libéré en octobre 2008, mais doit toujours faire face à deux procès.

Il a reçu le Prix des droits de l’homme de la République française en 2005 et le Prix Martin Ennals en 2009.

Il était jumelé à Alain Beaulieu.

           
   

Firas Saad
(Syrie)

En prison depuis 2006

 

 

Poète syrien. Il a été arrêté en novembre 2006 après avoir publié sur un site Internet syrien un article dans lequel il critiquait le « défaitisme » du régime syrien dans le conflit israélo-libanais de 2006 et qualifiait les officiers syriens de personnes « corrompues qui répriment plutôt que de défendre le Liban ». Il a été condamné à quatre ans de prison pour  « atteinte à l’intégrité de l’État » et « affaiblissement du sentiment national ».

Il était jumelé à Marie-Andrée Beaudet.

           
  Ganimat Zahidov  

Ganimat Zahidov(Azerbaïdjan)

Libéré le 22 mars 2010

 

Journaliste et rédacteur en chef du quotidien d’opposition Azadlig.

Il a été arrêté en novembre 2007 et condamné à quatre ans de prison pour « hooliganisme aggravé » et « coups et blessures » suite à une altercation. Le tribunal régional d'Azizbekov a rejeté en septembre 2009 sa demande de remise en liberté anticipée. Selon la loi azérie, l'emprisonnement peut être remplacé par une peine moins lourde dès lors que le détenu a purgé un tiers de sa peine. Les avocats de Ganimat Zahidov demandaient donc de commuer sa peine en travaux d'intérêt général.

Il était jumelé à Michel Vézina.

           
  Huang Jinqiu  

Huang Jinqiu
(Chine)

Libéré le 9 avril 2013

 

 

Écrivain, journaliste et cybermilitant. Il était correspondant d’un site Internet jugé « subversif » par les autorités chinoises. Il a déclaré son intention en janvier 2003 de créer un parti politique, le Parti démocrate et patriote de Chine. Il a été arrêté le 13 septembre 2003 et condamné à douze ans de prison pour « subversion d’État ».

Il était jumelé à Nicole Balvay-Haillot.

           
  Jamyang Kyi  

Jamyang Kyi
(Tibet)

Libérée le 20 mai 2008, mais attend toujours son procès

 

Écrivaine et musicienne. Elle a été arrêtée en avril 2008. Elle a été libérée en mai 2008, mais est toujours en attente de son procès. 

Elle était jumelée à Serge Gauthier.

           
  Sayed Perwiz Kambakhsh  

Sayed Perwiz Kambakhsh (Afghanistan)

Libéré le 9 septembre 2009

 

Étudiant en journalisme et reporter pour le journal Jahan-e-Naw. Il a été arrêté en octobre 2007 et  condamné à vingt ans de prison pour « blasphèmes et diffusion de propos diffamatoires à l’égard de l’Islam ». Il a été gracié en septembre 2009.

Il était jumelé à Marcel Dubé.

           
  Slim Boukhdhir  

Slim Boukhdhir
(Tunisie)

Libéré le 23 juillet 2008

 

Journaliste et membre fondateur de l’organisation tunisienne des droits humains Liberté et Équité. Il a signalé en mai 2007 avoir reçu des menaces de mort à la suite d’un entretien qu'il avait accordé à une chaîne de télévision installée à Londres dans lequel il critiquait des membres de la famille du président Ben Ali. Il a été arrêté en novembre 2007 et condamné à un an de prison pour « insulte à un fonctionnaire pendant l'accomplissement de son devoir», «atteinte à la moralité publique » et « refus de présenter sa carte d'identité ». Sa condamnation semble avoir été motivée par ses critiques à l’égard du pouvoir tunisien. Il a été libéré en juillet 2008, mais ses déplacements sont étroitement surveillés.

Il était jumelé à Anne-Marie Aubin.

           
  Tsering Woeser  

Tsering Woeser
(Tibet)

Libérée en 2010

 

Poète et écrivaine, elle est l’une des rares femmes de lettres tibétaines à rédiger ses textes en chinois. Son engagement en faveur de la culture tibétaine lui a valu de nombreux actes de représailles de la part des autorités chinoises. Elle a été expulsée de son domicile et privée de son droit aux prestations sociales. Elle a été forcée de rédiger des articles dans lesquels elle reconnaissait ses « fautes politiques ».Son livre Notes sur le Tibet jugé trop favorable au Dalaï-Lama a été interdit en 2004 et ses deux blogs (« Tibetcul.net » et « Daqi.com ») ont été fermés en 2008. Elle est assignée à résidence depuis mars 2008 et n’est pas autorisée à quitter le territoire chinois. 

Elle était jumelée à Louise Portal.