2017 : DÉDICACE du livre de Nicole Vachon pour Hengameh Shahidi (Iran)
   

 

Hengameh,

Longtemps, j’ai regardé ta photo et imaginé ce que tu vivais dans cette prison d’Evin, au nord de Téhéran. Les murs sont proches dans la section 209 réservée aux détenus politiques : une cellule de 1 mètre par 1,80 mètre, isolée et éclairée en permanence.

Déjà en 2009, on t’avait emprisonnée pour atteinte à la sécurité nationale et propagande contre le régime. Tu militais pour les droits des femmes. La répression à l’égard des journalistes est chose courante en Iran.

On t’a arrêtée le 9 mars 2017. Privée d’avocat, tu n’as pas été informée des charges retenues contre toi. C’était deux mois avant les élections présidentielles. Hassan Rahini a été réélu et, parmi ses 18 ministres, il n’y a aucune femme.

Tu m’inquiètes, Hengameh, parce que tu as fait une grève de la faim qui a duré deux mois, parce qu’on n’a plus de nouvelles depuis, parce que tu n’as que 42 ans et que ta vie est en danger. Dans tes moments de découragement, sache que des personnes du monde entier souhaitent ta libération.

Nicole





 
  Nicole Vachon
(Québec)

   

Hengameh Shahidi
(Iran)

 
 



Auteure de livres scolaires et romancière, Nicole Vachon a obtenu un baccalauréat d’enseignement professionnel ainsi qu’un baccalauréat général cumulant un certificat de perfectionnement en enseignement collégial (CPEC-PERFORMA, Université de Sherbrooke), un diplôme d’enseignement (Université de Sherbrooke) ainsi qu’un certificat en langue anglaise (Université Laval). Pendant ses études, elle a travaillé comme secrétaire juridique pendant 10 ans. Elle a ensuite enseigné la bureautique au Cégep de Lévis-Lauzon pendant 28 ans. Retraitée depuis 2007, elle a publié plusieurs ouvrages scolaires à propos de la bureautique notamment Rédaction de rapports administratifs [...] et Communications orales d'affaires [...]. Elle publie son premier roman, Zones de proximité, en 2017 chez XYZ éditeur.

 

 

Hengameh Shahidi est une journaliste et militante politique iranienne, déjà arrêtée en 2009 et condamnée à six ans d'emprisonnement pour « rassemblement et collusion en vue de porter atteinte à la sécurité nationale, et de propagande contre le régime». Elle avait alors été rapidement libérée pour raisons médicales. Arrêtée de nouveau en mars 2017, elle a immédiatement entamé une grève de la faim qu'elle a dû interrompre en mai après s'être évanouie en présence de sa famille. Depuis, elle est en isolement et aucune accusation n'a encore été portée contre elle.

Source: Amnistie internationale