2016 : DÉDICACE du livre de Danielle Dubé pour Asli Erdogan (Turquie)
   

 

Chère Asli,

Je te dédie mon premier roman Les olives noires. Le long cri de libération d’une femme qui peine à sortir de son enfermement alors que l’Espagne est sous le joug du franquisme et que le Québec subit une loi des mesures de guerre.

Comme toi j’ai été journaliste, romancière, militante. Ai défendu la liberté d’expression. Les thèmes de tes romans, ceux de l’injustice et de la violence faite aux femmes, me rejoignent. Ta langue, ton écriture est un cri qui nous interpelle dans la nuit d’un monde guerrier, cruel et sans pitié. Depuis trois mois que tu es incarcérée dans une prison d’Istanbul, un de ces sinistres bâtiments de pierre, parce que tu as dénoncé la torture qu’y subissent les prisonniers kurdes.

Avec Amnistie, le PEN international et l’UNEQ, j’en appelle à ta libération, au sens de la justice et à l’humanisme des dirigeants turcs qui savent que tu n’as jamais cautionné le terrorisme, pas plus que les exactions des troupes de Daesch. Je t’interpelle dans ta nuit en espérant le retour de l’aube: Courage Asli ! Espère Asli ! Nous pensons à toi.

Danielle Dubé, écrivaine





 
  Danielle Dubé
(Québec)

   

Asli Erdogan
(Turquie)

 
 



Romancière née au Québec, près de Métis-sur-mer. D’abord recherchiste et reporter à Multi Média, Télé Québec et Radio-Canada, puis professeure de journalisme en Art et technologie des médias, elle a publié trois romans dont Les Olives noires ( Typo), également des récits de voyage. Responsable de plusieurs organismes de défense des droits des femmes et de la liberté d’expression, elle a été notamment présidente de l’Association professionnelle des écrivains du Saguenay-Lac-Saint-Jean (APES), déléguée du comité Trans-Québec de l’UNEQ, administratrice du Salon du livre du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Pour elle, l’écriture représente un engagement, une forme de résistance contre l’injustice et toute forme d’abus de pouvoir tant privés que publics. Un long cri de libération qui aspire à la lumière.

 

 

La romancière, nouvelliste et militante turque pour les droits humains Asli Erdogan a été arrêtée à son domicile d’Istanbul en août 2016. Madame Erdogan, une des voix les plus importantes de la littérature turque contemporaine, est accusée d’être membre d’une organisation terroriste et de miner l’unité nationale. Son arrestation est directement liée à sa collaboration au quotidien pro-kurde Özgür Gündem dont un tribunal a ordonné la fermeture provisoire pour avoir fait « l’apologie du terrorisme »; en plus d’y tenir une chronique, la romancière était aussi membre du conseil consultatif du journal. Des quelque vingt journalistes et employés du journal arrêtés, la plupart ont maintenant été relâchés.

Source :  PEN International