2014 : DÉDICACE du livre de Larry Tremblay pour Sardar Alibeyli (Azerbaïdjan)
   

 

Le courage de critiquer, de dénoncer, de mettre en doute, d’interroger, d’enquêter, d’analyser, de dévoiler,  d’écrire, de publier, de communiquer, tu l’as, Sardar.

L’audace de ne pas te taire, de ne pas accepter, de ne pas abandonner, de ne pas te laisser faire, de ne pas oublier, de ne pas trahir, tu l’as, Sardar.

Le désir de combattre l’injustice malgré les menaces, malgré la dénonciation, malgré les représailles contre ta famille, tes proches, ton intégrité, tu l’as, Sardar.

Le besoin de lumière, la soif de vérité, la faim d’égalité, tu l’as, Sardar.

La crainte de tout perdre, de te tromper, l’angoisse de l’échec, la peur de ne pas supporter la souffrance physique, les coups, les injures, la froideur de la prison, le silence glacial des murs, les tourments de ta solitude, tu l’as, Sardar.

La force de persévérer, de dompter tes doutes, de calmer ton cœur, de garder intact ton regard sur le monde et l’avenir qu’il pourrait offrir, devrait offrir grâce à ta résistance, tu l’as, Sardar.

Merci, merci Sardar, de tout cœur.

Larry Tremblay





 
  Larry Tremblay
(Québec)

   

Sardar Alibeyli
(Azerbaïdjan)

 
 

© Bernard Préfontaine


Larry Tremblay a publié une trentaine de livres comme auteur dramatique, romancier et poète. Son théâtre, traduit dans une douzaine de langues, a été produit dans de nombreux pays. Sa pièce The Dragonfly of Chicoutimi est recréée au Festival TransAmériques (FTA) de 2010 dans une mise en scène de Claude Poissant. En 2012, Cantate de guerre (Lansman) remporte le Prix SACD de la dramaturige francophone et le Prix Michel-Tremblay. La même année, il publie Le Christ obèse (Alto), finaliste au Prix des Collégiens. L’Orangeraie (Alto) remporte en 2014 le Prix des Libraires du Québec et est actuellement finaliste au Prix des 5 continents.

 

 

Rédacteur en chef du journal Nota Bene et du site PS Nota, il fait depuis des années l’objet de persécution, de harcèlement et d’emprisonnements. Suite à des critiques contre le gouvernement, il est condamné à quatre ans de prison en juillet 2013 pour ‘hooliganisme’; la défense n’a pas pu présenter de témoins et la victime de la supposée agression s’est rétractée mais le tribunal n’en a pas tenu compte. Son opposition au président Ilham Aliyev est partagée par au moins sept autres journalistes emprisonnés par le gouvernement de Baku , sans compter tous ceux qui sont harcelés, attaqués, menacés.