2008 : DÉDICACE du livre de L’ANGELUS de mon voisin sonne l’heure DE L’AMOUR de Louise Portal pour Tsering Woeser (Chine)
   

Chère Tsering Woeser,

Afin de partager un peu cet espace de création littéraire que nous avons en commun, je vous offre mon dernier roman L’ANGÉLUS de mon voisin sonne l’heure DE L’AMOUR… lui aussi en quête de liberté intérieure.

Je le dépose entre vos mains. Écrit en français, vous ne serez sans doute pas en mesure de le lire, mais vous pourrez du moins le serrer sur votre cœur en sachant, qu’à l’autre bout du monde, une écrivaine tout comme vous, demeure dans l’espérance d’un monde libre.

Affectueusement et solidairement vôtre.

Louise Portal
3 septembre 2008





    Louise Portal (Québec)     Tsering Woeser (Chine)
 
 


(Arvida, le 12 mai 1950) Après sa formation au Conservatoire d’art dramatique de Montréal (1969-1971), Louise Portal connaît le succès dès le départ. D’abord au théâtre, où elle joue dans différentes pièces, puis au cinéma où elle tourne dans plus de vingt-quatre films, dès 1972, au Québec et en France. La comédienne fait également partie de l’univers télévisuel québécois depuis les années 1970, ayant interprété une gamme variée de personnages dans plusieurs téléromans. La liste de ses réalisations est impressionnante : spectacles, comédies musicales, vidéo-clips, albums solos, etc. Aussi Louise Portal a-t-elle reçu plusieurs prix et diverses mentions pour sa contribution artistique.

L’écriture occupe cependant une place importante dans son quotidien. Elle compte maintenant cinq publications à son actif : L’Actrice (Hurtubise HMH, 2004), Cap-au-Renard (Hurtubise HMH, 2003), L’Enchantée (Québec-Amérique, 2001) et Jeanne Janvier (Libre Expression, 1981), Les Mots de mon père (Hurtubise HMH 2005) qui présente la correspondance entre elle et son père et son dernier roman publié en 2007 L’Angélus de mon voisin sonne l’heure de l’amour (Hurtubise HMH).

Source : Éditions Hurtubise HMH

 

 


Écrivaine et poétesse, Tsering Woeser (Oser, Weise en chinois), est l’une des rares femmes de lettres tibétaines à rédiger ses textes en chinois. Engagée dans la protection de la culture tibétaine, son livre Notes sur le Tibet a été interdit en 2004 car les autorités l’ont jugé trop favorable au Dalaï-lama. En conséquence, elle a été licenciée, expulsée de son domicile et déchue de ses droits aux prestations sociales. Elle a par ailleurs été forcée à rédiger des articles dans lesquels elle reconnaissait ses « fautes politiques ».

Elle n’a toutefois pas abandonné ses activités et a publié, ces dernières années, plusieurs livres à Taïwan. Elle tenait également des blogs où publiait des poèmes et des essais sur la culture tibétaine, ainsi que des articles écrits par son mari, Wang Lixiong , un écrivain chinois indépendant. Les visiteurs de ces blogs étaient, pour la plupart, des étudiants tibétains qui, comme la poétesse, ont suivi une éducation en langue chinoise et visitaient ces blogs pour renouer avec leur culture d’origine. Comme ses œuvres sont interdites en Chine, ces publications en ligne étaient le seul moyen dont disposait Tsering Woeser pour s’exprimer.

Cependant, le 28 juillet 2006, les deux blogs tenus ont été subitement fermés par ses hébergeurs Tibetcul.net, un portail sur la culture tibétaine, et Daqi.com. L’ordre a vraisemblablement été donné par les autorités alors qu’une vague de censure frappe actuellement l’Internet chinois.

Sources : Amnistie internationale
Reporters Sans Frontières

PÉTITION