2002 : DÉDICACE DU LIVRE, UN CADAVRE DE CLASSE
   

Un cadavre de classe, votre premier livre de mille pages peut-être ?

Un roman où l'humour est roi, et sa lecture une évasion.

Et je souhaite entendre votre rire jusqu'à Saint-Lambert.

Amicalement,

Robert Soulières



    Robert Soulières     Bui Minh Quoc (Vietnam)
 
 


Écrivain, Robert Soulières a fait des études en littérature et en information scolaire et professionnelle. Il se lance ensuite dans le monde de l'éducation et devient agent d'information durant une douzaine d'années. Parallèlement, il dirige la revue. Lurelu pendant sept ans. De 1987 à 1996, il est directeur des Éditions Pierre Tisseyre, où il crée plusieurs collections de romans et d'albums pour la jeunesse, tout en éditant des romans pour les adultes. En 1996, Robert Soulières fonde Soulières Éditeur. Il partage aujourd'hui son temps entre l'édition, l'écriture et l'animation dans les écoles.

Le visiteur du soir a obtenu en 1981 le Prix de l'Alvine-Belisle de l'ASTED et Casse-tête chinois, a reçu le Prix du Gouverneur général du Canada. L'Homme aux oiseaux a reçu une mention d'honneur du International Board of books for young Pople (IBBY) lors de sa parution. Robert Soulières a gagné le Prix du livre M. Christie du meilleur livre français dans la catégorie 12 à 16 ans pour Un cadavre de classe en 1998, et dans la catégorie 7 ans et moins pour Une gardienne pour Étienne en 1999. L'Association québécoise des Salons du livre (AQSL) a honoré Robert Soulières à titre de personnalité de l'année 1999. Il est membre de l'Union des écrivaines et des écrivains québécois.

Source : L'Infocentre littéraire des écrivains - www.litterature.org

Pour en savoir plus



 


Né en 1940, le journaliste et poète Bui Minh Quoc est aussi connu sous le nom de plume de Duong Huong Ly. Il a été président de l'Association des écrivains de la province de Lam Dong, puis rédacteur en chef du magazine Langbian. Exclu du parti communiste vietnamien à la suite d'une campagne qu'il a mené avec d'autres dissidents en faveur d'une réforme démocratique du pays, il a par la suite été victime de plusieurs obstacles de la part des autorités politiques dans l'exercice de ses activités journalistiques et politiques.

Blocage de ligne téléphonique, harcèlement, interrogatoires fréquents, il a de plus été placé en résidence surveillée entre 1997 et 1999. Cette sentence a été renouvelée en 2002, alors qu'il a été accusé « d'agissements illégaux ». Il aurait en effet amassé des informations concernant certains accords frontaliers passés entre le Vietnam et la Chine et aurait critiqué la position des autorités vietnamiennes en la matière.