2000 : DÉDICACE DU LIVRE, THÉSAURUS: LES CHRONIQUES DU PLATEAU MONT-ROYAL
   

La liberté d'expression devrait être pour tout écrivain un droit essentiel, primordial, un acquis fondamental et inaltérable.

Je vous tends la main à travers les mers et je vous embrasse fraternellement.

Michel Tremblay



    Michel Tremblay     Esber Yagmurdereli (Turquie)
 
 


Dramaturge, conteur, romancier et scénariste, Michel Tremblay a exercé divers métiers, mais il écrivait dès ses études secondaires des poèmes, des pièces de théâtre et des romans. Ainsi, en 1964, sa première pièce, Le train, remporte le Premier Prix du Concours des jeunes auteurs de Radio-Canada, pièce pour laquelle il reçoit également une bourse du Conseil des Arts en 1968. Sa pièce Les Belles-Soeurs est ensuite créée au Théâtre du Rideau Vert à Montréal en 1968 : elle connaîtra un succès retentissant.

Depuis cette époque, la carrière littéraire de Michel Tremblay n'a pas cessé de s'affirmer. Il a ainsi reçu de nombreux prix dont: les Prix du Gala Méritas en 1970 pour Les Belles-Soeurs et, en 1972, pour À toi pour toujours, ta Marie-Lou; le Prix Chalmers Award en 1972, 1973, 1974, 1975, 1978 et 1986; le Prix Victor-Morin de la société Saint-Jean-Baptiste pour l'ensemble de son oeuvre en 1974; le Prix du meilleur scénario au Festival du film canadien en 1975; le Prix du Lieutenant-gouverneur de l'Ontario en 1975 pour Hosanna et en 1976 pour l'ensemble de son oeuvre; le Prix France-Québec en 1981 pour Thérèse et Pierrette à l'école des Saints-Anges; le Prix Québec-Paris en 1984 pour La Duchesse et le roturier; et pour Des nouvelles d'Édouard; le Prix Athanase-David en 1988 pour l'ensemble de son oeuvre. En mars 1984, le gouvernement français a rendu hommage à son oeuvre en le nommant Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres de France. Il a également été désigné, en août 1978, le Montréalais le plus remarquable des deux dernières décennies dans le domaine du théâtre. En 1989, il a obtenu le Grand Prix du livre de Montréal et, en 1992, le Grand Prix de théâtre du Journal de Montréal. En 1994, Michel Tremblay a reçu les Prix Molson et Le Signet d'Or de Plaisir de lire pour Un Ange cornu avec des ailes de tôles. Il se méritait enfin, en 1999, le Prix du Gouverneur général pour les arts de la scène ainsi que le Prix Gascon-Thomas de l'École nationale de théâtre.

Ses oeuvres théâtrales ont pour la plupart été jouées tant sur scène qu'à la télévision. Michel Tremblay a aussi écrit les paroles de plusieurs chansons pour Pauline Julien, Renée Claude et Monique Leyrac, tout en signant les scénarios des films suivants : Françoise Durocher, Waitress, Il était une fois dans l'Est, Parlez-moi d'amour et Le Soleil se lève en retard. Il écrit depuis 1982 une chronique de critique d'opéra dans la revue Jeu. En mars 2000, il est choisi pour écrire le message de l'Unesco, à l'occasion de la Journée mondiale du théâtre, qui sera diffusé dans 20 langues à travers le monde. Michel Tremblay est membre de l'Union des écrivaines et des écrivains québécois.

Premier auteur à donner une place entière au joual (l'argot montréalais), Michel Tremblay décrit surtout les difficultés des milieux populaires francophones de Montréal à partir des années quarante. Il traite ses sujets avec une grande tendresse et beaucoup d'humour, créant des textes plus poétiques que strictement narratifs. Avec Les Vues animées en 1990 et Douze coups de théâtre en 1992, il a entrepris la publication de récits autobiographiques.

Source : L'Infocentre littéraire des écrivains - www.litterature.org

En savoir plus


 


Poète, dramaturge et avocat, l'un des intellectuels les plus éminents de son pays, Esber Yagmurdereli incarne bien les écueils auxquels est confrontée l'exercice de la liberté d'expression en Turquie.

Arrêté une première fois en 1978 et condamné à la prison à vie pour avoir protesté contre le massacre, par l'armée turque, des Kurdes du sud-ouest du pays, il fut libéré sous conditions en août 1991. Quelques mois plus tard, il fut à nouveau confronté aux autorités de son pays, à la suite d'un discours prononcé lors d'une réunion sur les Droits de la personne à Istanbul le 8 septembre de cette année.

Après moults tracasseries judiciaires, il fut, six ans plus tard (octobre 1997), à nouveau incarcéré pour purger le reste de sa sentence à vie plus dix mois pour cette seconde offense, soit un total de 22 ans et 4 mois. Yagnurdereli put jouir d'un bref répit en novembre 1997 alors qu'il fut temporairement relâché pour des motifs médicaux. Il retourna cependant en prison en juin 1998 où il se trouve toujours.