2018 : DÉDICACE de Christian Guay-Poliquin à Oleg Sentsov (RUSSIE)
   

 

Monsieur Sentsov,

Les mots peuvent paraître souvent insipides et sans prise sur le réel. C'est à la fois vrai et faux. Vrai dans la mesure où dire les choses ne suffit pas; il y a quelque chose dans le geste, dans sa soudaineté résolue comme son immanence, qui est irréductible et inéluctable. Faux parce que les mots – et plus largement la fiction – cimentent les actions humaines dans l'espace comme dans le temps; un mot seul peut ainsi tenir tête aux plus insidieux des silences. Monsieur Sentsov, quand vous dites « non », c'est toute la communauté artistique qui espère avec vous.

Solidairement,

Christian Guay-Poliquin

 

Пане Сенцов, Слова можуть часто здаватися непривабливими і не відповідати реальності. Це вірно і помилково водночас. Вірно певною мірою, коли недостатньо тільки говорити якісь речі; Бо в жесті, в його рішучій раптовості присутнє дещо, його внутрішня властивість, непередбачувана і невідворотна.. Помилково тому, що слово - і в більш широкому розумінні творчість — цементує людські дії як у просторі, так і в часі: таким чином, слово саме по собі може тримати голову високо піднятою, навіть посеред найпідступнішого мовчання. Пане Сенцов, коли ви кажете"ні", все творче співтовариство сподівається разом з вами.

Солідарно,

Крістіан Ґе-Полікен

Переклад: Ростислав Нємцев. Монреаль





 
 
Christian Guay-Poliquin

(Québec)

   

Oleg Sentsov
(Russie)

 
 

© Julien Bois


Christian Guay-Poliquin est né à une époque où les enjeux environnementaux se résumaient au trou dans la couche d'ozone et aux pluies acides. Si ses œuvres évoquent les codes de la fiction post-apocalyptique, ce n'est pas tant pour raconter une autre fin du monde mais plutôt pour mettre en perspective simultanément la force et la fragilité de nos relations sociales. Il croit que les arts du récit sont intimement liés à la vie pratique et à une attention particulière aux détails. Son roman Le poids de la neige a gagné de nombreux prix etest en cours de traduction dans une dizaine de pays.

 

 

Le cinéaste ukrainien Oleg Sentsov, mondialement reconnu, est né en 1976 en Crimée. En 2013, il participe au Maïdan et en 2014, il a déclaré ne pas reconnaître l’annexion russe de la Crimée. Il a été arrêté par les forces spéciales russes, accusé de « préparer des actes terroristes » et condamné en 2015 à 20 ans de prison en Sibérie. En 2016, on lui attribue le prix Taras Chevtchenko pour ses films Gaamer (2011) et Rhino (2014). Pour protester contre sa condamnation, Sentsov a entamé une grève de la faim qu'il a poursuivie durant le mondial de soccer 2018, qui s’est tenu en Russie.

Sources :  Amnistie internationale/PEN International