2000 : DÉDICACE DU LIVRE, LE HUITIÈME JOUR
   

À Sihem Ben Sedrine

Qui continue à risquer chaque jour sa liberté et sa vie pour sauver l'âme d'un peuple et la dignité d'un monde.

Ce Huitième jour, un de plus pour nous consoler des sept autres.

En fraternelle complicité,

Antonine Maillet



    Antonine Maillet     Sihem Ben Sedrine (Tunisie)
 
 


Romancière et dramaturge, Antonine Maillet a fait ses études à Moncton, où elle a obtenu un baccalauréat en 1950 et une maîtrise en 1959. Puis, en 1962, elle termina une licence ès lettres à l'Université de Montréal. Boursière du Conseil des arts du Canada, elle séjourne à Paris de 1962 à 1964 et de 1969 à 1970. Elle obtient son doctorat ès lettres à l'Université Laval en 1970. Elle a d'abord été professeure de littérature dans différentes institutions, puis scripteure et animatrice pour Radio-Canada à Moncton.

En 1962, Antonine Maillet a obtenu le Prix Champlain pour son premier roman, Pointe-aux-Coques et, en 1972, le Prix du Gouverneur général du Canada pour Don l'Orignal. En 1973, elle est récompensée par le Grand Prix littéraire de la Ville de Montréal pour Mariaagélas qui lui vaut également en 1975 le Prix Québec-Paris et le Prix des Volcans (France). Elle a reçu par la suite, entre autres prix, celui de La Presse en 1976 pour l'ensemble de son oeuvre, et le Prix Goncourt en 1979 pour son roman Pélagie-la-Charette. Cette oeuvre fut traduite en langues anglaise, slovaque et bulgare. Antonine Maillet a été le premier écrivain hors de France à mériter ce prix. Elle est titulaire de plusieurs doctorats honorifiques (en littérature et en droit) et elle est membre de plusieurs associations et organismes, dont l'Académie canadienne-française, l'Ordre des francophones d'Amérique, le Haut-Conseil de la francophonie et l'Union des écrivaines et des écrivains québécois. Elle a également été élevée au grade de Commandeur des Arts et des Lettres par le gouvernement français en mai 2000.

Source : L'Infocentre littéraire des écrivains - www.litterature.org

En savoir plus


 


Journaliste et membre fondateur d'un regroupement des droits humains non autorisés : le Conseil National pour la liberté en Tunisie.

En décembre 1999, sa maison d'édition - les Éditions Aloes - a été l'objet d'une série d'attaques, tout d'abord, par des personnes non identifiées et ensuite, par les forces de sécurité.