2016 : DÉDICACE de Louise Dupré pour Gartse Jigme (Tibet)
   

 

Cher Gartse Jigme,

Depuis plusieurs années, vous luttez pour les droits de votre peuple. En 2013, votre livre Le courage du roi tibétain a été saisi chez l'éditeur et vous avez été arrêté. Dans la prison de Xining où l'on croit que vous êtes détenu, avez-vous été torturé ? Quel est votre état de santé ? Pouvez-vous lire et écrire? On ne vous laisse certainement pas poursuivre vos essais contre l'oppression chinoise au Tibet... Ce soir, nous désirerions que notre solidarité vous rejoigne et vous apporte le réconfort nécessaire pour tenir jusqu'à votre libération.
Je vous offre mon recueil de poésie La main hantée, où j'interroge la cruauté de l'être humain. Comme vous, j'ai la conviction qu'il faut vivre debout. Votre résistance est pour moi une source d'inspiration.

Louise Dupré, Centre québécois du PEN international

 





 
  Louise Dupré
(Québec)
    Gartse Jigme
(Tibet)
 
 

© Toma Iczkovits


Louise Dupré a publié une vingtaine de titres, qui lui ont mérité de nombreux prix et distinctions. Parmi ses dernières publications, mentionnons les recueils de poésie Plus haut que les flammes (2010) et La main hantée (2016) aux Éditions du Noroît, ainsi que le récit L'album multicolore (2014) chez Héliotrope. Ses textes ont été traduits en plusieurs langues. Elle est professeure associée à l'Université du Québec à Montréal et membre de l’Académie des lettres du Québec. En 2014, elle a reçu l'Ordre du Canada pour son apport à la littérature québécoise en tant que poète, romancière, dramaturge, essayiste et professeure.

 

 




Le moine Gartse Jigme, un professeur et écrivain tibétain, a été emprisonné en janvier 2013, alors qu’il travaillait au manuscrit de la deuxième partie de son livre intitulé Tsenpoi Nyingtop ou Le courage de Tsenpo. L’auteur exprime dans cet ouvrage sa vision des souffrances des Tibétains et se prononce sur plusieurs points, dont celui de l’éducation, de la langue, du Dalaï Lama, des problèmes environnementaux et de l’auto-immolation par le feu. Gartse Jigme avait aussi été détenu brièvement en 2011, quelques années après la publication en 2008 de la première partie de son livre. Il a été condamné à cinq ans de prison en mai 2013.