2009 : DÉDICACE d’Andrée Ferretti pour Habib Saleh (Syrie)
   


À Habib Saleh
Avec l’expression de ma profonde estime.

Ce que je connais de vos combats me permet de croire
que rien, jamais, n’entravera votre liberté.
Vous savez pourquoi le pouvoir vous emprisonne.
C’est une force invincible, source de joie.

Liberté, force, joie intérieures qui n’empêchent pas, je le
sais par expérience, (insignifiante comparée à la vôtre, mais réelle),
d’avoir hâte que des circonstances favorables renvoient
notre vie à ses moutons.

Ce que je vous souhaite de tout mon cœur.
Andrée Ferretti
Brigham, Québec
14-08-2009






 
© Josée Lambert
  ANDRÉE FERRETTI
(QUÉBEC)
   

HABIB SALEH
(SYRIE)

 
 


Mère et grand-mère, romancière, nouvelliste, anthologiste et essayiste elle est, depuis 1963, engagée dans la lutte pour l'indépendance du Québec, cause à laquelle elle a consacré de nombreux écrits politiques dans Parti pris, Possible(s), l'Action nationale, Combats et Le Devoir.. En 1987, elle a publié son premier roman. Elle a aussi été critique des essais québécois dans des quotidiens montréalais. Elle a enseigné à l'École nationale de théâtre et dirigé une entreprise de distribution d'ouvrages de référence.

Source : Site de l’Île (UNEQ)

 


Écrivain et journaliste âgé de 61 ans, collaborateur régulier d'un site d'information (elaph.com) il a été arrêté sans explication et est détenu depuis mai 2008. Après avoir été maintenu au secret pendant trois mois, il a subi son procès à partir du 11 novembre 2008; il a été condamné à trois ans de prison pour avoir critiqué le gouvernement, coupable d'affaiblissement du sentiment national et de diffusion de nouvelles susceptibles de porter atteinte au moral de la nation. C'est la troisième interpellation qu'il subit en sept ans et il a déjà été emprisonné de 2001 à 2004, puis de 2005 à 2007.

Sources : Amnistie internationale