2001 : DÉDICACE DU LIVRE, PAUL EN FINLANDE
   

Au vénérable Thich Quang Do

Cher moine,

J'ai peine à vous imaginer. Je ne suis pas boudhiste et je ne suis jamais allé au Vietnam. Non plus ai-je été harcelé par les autorités pour ce que j'aurais dit ou écrit. Ici, au Canada, le gouvernement, loin de m'opprimer, ou bien m'ignore de manière bienveillante, ou, au contraire, cherche à m'aider, que ce soit en subventionnant ma maison d'édition ou un festival littéraire, ou en me décernant un prix. Mon gouvernement ne m'inspire aucune crainte. Ce sentiment de sécurité, hélas, engendre la complaisance.

Vous me réveillez de cette complaisance.

Je souhaite qu'un jour vous puissiez écrire et prier en paix et en toute liberté.

En attendant, je vous offre humblement mon premier livre, ce recueil de nouvelles.

Fraternellement,

Yann Martel Montréal, Canada 15 novembre, 2001




    Yann Martel     Thich Quang Do (Vietnam)
 
 


Né en Espagne de parents québécois, Yann Martel vit habituellement à Montréal, où il écrit, pratique le yoga et est bénévole dans un centre de soins palliatifs. Francophone, il écrit en anglais. Il a vécu dans de nombreux pays et a étudié la philosophie aux universités Trent et Concordia. Son recueil de nouvelles The Facts behind the Helsinki Roccamatios, paru en français sous le titre Paul en Finlande, a gagné divers prix, a été publié en plusieurs langues et encensé par la critique. Après Self, dont la traduction française d'Hélène Rioux a été publiée par XYZ éditeur en 1998, Yann Martel publie son second roman, Life of Pi.

Le livre connaît un succès planétaire : il a été traduit en plus de trente langues, et il a reçu, après avoir été finaliste au Prix du Gouverneur général, le prix Hugh MacLennan pour la Fiction de la Quebec Writers' Federation, avant d'obtenir à Londres, en octobre 2002, l'un des plus prestigieux prix littéraires du monde, le Man Booker Prize. Yann Martel a dit: «L'anglais est la langue dans laquelle j'exprime le mieux la subtilité. Mais je dois dire que le français est la langue la plus proche de mon coeur. Et pour cette raison même, l'anglais me donne une distance suffisante pour écrire.»

Il est membre du PEN Club international et de l'Union des écrivaines et des écrivains québécois.

Source : L'Infocentre littéraire des écrivains - www.litterature.org

Pour en savoir plus

 


Moine bouddhiste né en 1928, Thich Quang Do est romancier et traducteur. Il est secrétaire général de l'Église bouddhiste unifiée du Vietnam (EBUV) et a consacré sa vie à militer pour la paix et la liberté d'expression et de religion au Vietnam. En 1981, le gouvernement vietnamien déclare l'EBUV illégale, tout en voulant créer sa propre Église bouddhique du Vietnam. On emprisonne Tcich Quang Do pour faciliter l'intégration de l'EBUV à celle du gouvernement. Il fut assigné à résidence de 1982 à 1992, dans sa ville natale de Thai Binh. Le vénérable moine est emprisonné encore en 1995 et condamné à cinq ans pour « sabotage des politiques du gouvernement et nuisance envers les interdits de l'État », pour avoir écrit une lettre au secrétaire du parti Communiste protestant contre les persécutions dont est victime son Église. Il est amnistié en 1998 dans le cadre d'une « amnistie générale pour les criminels de droit commun » mais gardé sous étroite surveillance policière. Il continue à demander pacifiquement la liberté religieuse au Vietnam. La police effectue une descente chez lui en mai 2001 et lui signifie sa mise en résidence surveillée pour une période de 27 mois à partir du 1er juin 2001. Il fut candidat au Prix Nobel de la Paix en 2000 et 2001.