2010 : DÉDICACE de Nicolas Chalifour pourTemel Demirer (Turquie)
   

 

Montréal, le vendredi 10 septembre 2010

Cher Monsieur Demirer,

Pour vous, mon roman, ce tout petit livre qui, dans un tout petit monde, un monde de tout confort, le mien, occidental et boréal, peut raconter un peu n’importe quoi, vraiment n’importe comment et comme bon lui semble. Pour vous, ce petit monde de papier, ce modeste jeu de mots où l’on peut s’amuser à dire tout et son contraire dans le délire confortable de ceux qui ont le loisir de jouer. Pour vous, cette futilité, ce petit rien, ce mensonge qui joue à fabriquer du vrai dans la fiction. Pour vous donc, mon livre en espérant qu’il vous aide à passer le temps et à supporter l’absurde en attendant le jour où, grâce au courage et aux audaces de femmes et d’hommes tels que vous et dans le monde qui est le vôtre, un monde où la parole la plus fondamentale est en jeu et où les vrais mensonges façonnent la réalité, il vous sera enfin posible de dire les vérités les plus élémentaires sans tout sacrifier, posible de cesser de combattre les fictions de votre Histoire et posible, enfin, de vous consacrer aux faussetés primordiales: les essentiels mensonges de la littérature.
Avec toute mon admiration et mon amitié,

Nicolas Chalifour





 
  Nicolas Chalifour
(Québec)
    Temel Demirer
(Turquie)
 
 


Nicolas Chalifour est né à Québec en 1970. Il a grandi  à Toronto et à Mont Saint-Hilaire où il a été plongeur, garçon de table et serveur dans un ancien manoir. Il a fait des études de lettres et il enseigne la littérature au Collège Édouard-Montpetit.

Son premier roman publié aux éditions Héliotrope en octobre 2009, Vu d’ici tout est petit, a été retenu parmi les œuvres finalistes dans la catégorie «romans québécois» pour l’obtention du Prix des libraires du Québec 2010. En 2010, ce roman a obtenu le Prix spécial du jury dans le cadre des Grand Prix du livre de la Montérégie.


 


Écrivain
Il publie régulièrement des livres et participe à de nombreuses discussions sur le génocide arménien. Son droit à la liberté d’expression a été bafoué, suite à deux discours prononcés en 2007, il a fait l’objet de deux accusations. La première, pour avoir fait « de la propagande pour une organisation terroriste » et l’autre pour « dénigrement de la République turque et incitation à la haine et l’hostilité ». Grâce à l’usage fréquent de l’article 301, relatif au dénigrement de l’identité turque, de la République, et des fondements et institutions de l’État, les opinions dissidentes peuvent facilement être traduites en justice. Son premier procès, qui a traîné plus de deux ans, l’a déjà condamné à six mois de prison. À l’issu de son deuxième procès, prévu le 20 mai 2010, il risque d’être encore condamné à trois ans.