2004 : DÉDICACE DU LIVRE
   

Cher U Sein Hla Oo,

Du fond de votre cellule, depuis dix ans des voix vous parviennent : celles que vous connaissez déjà pour les avoir entendues dans votre famille et parmi vos amis, et qui vous reviennent en mémoire dans les moments où surgit la tentation du désespoir ; celles que vous ne connaissez pas, mais que vous percevez dans l'obscurité, impertinemment infiltrées dans votre cachot, les voix des femmes et des hommes libres qui font savoir au monde entier que vous existez et que vos geôliers vivent pour l'instant en toute impunité.

Les mots sont peu de chose, mais vous savez fort bien qu'ils font peur à l'injustice et à l'autorité. En ce moment, dans mon pays, nous attendons l'arrivée de l'hiver, qui est très long, obscur et rigoureux. Mais le soleil finit toujours par nous revenir, et c'est pourquoi, malgré sa longue absence, nous persistons à espérer sa lumière et sa chaleur. Vous devez croire en votre liberté. Parce qu'un jour vous serez libre, j'en suis convaincu.

Je vous offre ce petit recueil de poésie dans lequel le repos de l'âme, du corps, du coeur et de l'esprit tente timidement de s'immiscer malgré le Chaos du Monde. J'espère qu'un jour je me rendrai dans votre pays afin de célébrer avec vous et le peuple birman sa liberté et la vôtre retrouvée.

Fraternellement,

Serge Patrice Thibodeau




    Serge Patrice Thibodeau     U Sein Hla Oo (Birmanie)
 
 


Poète et essayiste, Serge Patrice Thibodeau entreprend ses études au Centre universitaire Saint-Louis (Université de Moncton) et à l'Université Laval, puis complète une scolarité de maîtrise en études littéraires, volet création, à l'Université du Québec à Montréal (1996), où il est aussi assistant de recherche et auxiliaire d'enseignement en sociologie de la littérature et dramaturgie québécoise du XIXe siècle (1995-1996). Il vit à Montréal depuis 1986. Conférencier recherché sur la scène internationale, pour parler tant des droits humains que des cultures francophones minoritaires en Amérique, il participe aussi à de nombreux événements littéraires, au Canada comme à l'étranger, notamment en France, en Irlande, en République Tchèque et en Slovaquie, en Suisse et en Espagne. Il est responsable du choix musical et rédacteur pour l'émission « Musique en fête » (1990-1992) et chroniqueur d'une série de cinq émissions sur la civilisation maya (1998) à la radio de Radio-Canada, puis chercheur, consultant et rédacteur pour le Secrétariat international d'Amnistie internationale, à Londres, pour l'élaboration de la 3e Campagne mondiale contre la torture (1999-2000). Il a étroitement collaboré au scénario du film « Le Désir et l'Argile » du cinéaste assyrien Baz Shamoun, en plus d'en être l'interprète principal (1997). Il publie des textes dans de nombreuses revues, au Québec comme en Europe. Depuis 1999, il publie régulièrement des récits de voyages dans la revue Art / Le Sabord, à Trois-Rivières. Plusieurs textes et poèmes de Serge Patrice Thibodeau ont été traduits en anglais, en arabe, en castillan, en catalan, en roumain, en slovaque et en tchèque.

Serge Patrice Thibodeau a remporté le Prix France-Acadie 1991 pour La Septième Chute, le Prix Émile-Nelligan 1992 pour Le Cycle de Prague, le Prix Edgar-Lespérance 1994 pour L'Appel des mots. Lecture de Saint-Denys-Garneau, le Grand Prix du Festival international de la Poésie de Trois-Rivières 1995 pour Le Quatuor de l'errance et pour Nous, l'étranger, et le Prix du Gouverneur général du Canada 1996 pour Le Quatuor de l'errance suivi de La Traversée du désert. Enfin, en 2001, il reçoit le Prix Éloizes et est nommé « artiste de l'année en littérature » par l'Académie des Arts et des Lettres de l'Atlantique, pour Le Roseau.

L'oeuvre poétique de Serge Patrice Thibodeau est fortement marquée par l'errance, les voyages, le désir érotique, la spiritualité et les références aux religions, des poètes mystiques de l'islam à l'héritage chrétien. Quittant son Acadie natale, le poète parcourt le monde à la rencontre des humains et témoigne de leurs souffrances, des guerres, dénonçant les intégrismes aux noms desquels tant de crimes sont commis.

Source : L'Infocentre littéraire des écrivains - www.litterature.org

Pour en savoir plus

 


Né en 1938, U Sein Hla Oo est un journaliste et un écrivain de nouvelles bien connu.

Il a été arrêté le 5 août 1994 et jeté en prison. Il a été formellement accusé de critiquer le gouvernement birman, d'être en contact avec des groupes d'opposition illégaux et de produire des documents anti-gouvernementaux. Il fut aussi accusé d'avoir échangé des informations avec un membre des groupes armés d'opposition.

Le 6 octobre 1994, U Sein Hla Oo fut condamné à 7 ans de prison. En 1999, sa sentence fut prolongée à 14 années et expirerait le 4 août 2008, pour des raisons inconnues du Writers in Prison Committee du PEN international.

Détenu à la prison Myitkyina, U Sein Hla Oo souffrirait de troubles cardiaques et serait traité à l'hôpital de la prison où, en juin 2001, il fut opéré d'une hernie discale.

Depuis février 2002, sa femme s'est vu refuser le droit de lui rendre visite.

U Sein Hla Oo est un membre honoraire des Centres PEN anglais et américain.