2002 : DÉDICACE DU LIVRE, ANNABEL ET LA BÊTE
   

Chère madame,

Là où j'habite, le ciel est vaste et grand ouvert.

On a condamné le vôtre.

Et je n'ai à offrir que des mots. Voici quand même l'histoire d'Annabel. Vous y trouverez : un peu de lavande, beaucoup d'espoir, des goélands affamés, un troupeau de dauphins, une lune trop pâle, beaucoup de tendresse, quelques feux follets et toute mon admiration.

Là où j'habite, le ciel est vaste et grand ouvert, mais je ne sais rien de mon courage. Le vôtre fracasse l'horizon. C'est en soi un ciel.

Merci.
Dominique Demers




    Dominique Demers     Leyla Zana (Turquie)
 
 


Romancière, Dominique Demers est réputée pour l'intérêt qu'elle porte tant à la littérature jeunesse qu'aux questions qui touchent les jeunes. Elle a également écrit des bestsellers pour adultes. En 1994, elle obtient un doctorat en études françaises de l'Université de Sherbrooke avec une thèse ayant pour objet la Représentation et mythification de l'enfance dans la littérature jeunesse. Elle a longtemps collaboré à Châtelaine et à L'Actualité. Elle est aussi connue pour ses critiques littéraires au journal Le Devoir. Elle a enseigné pendant plus de quinze ans la littérature jeunesse à l'Université du Québec à Montréal ainsi qu'à l'Université de Sherbrooke, et elle continue de donner des ateliers de création littéraire aux enseignants de diverses commissions scolaires.

Dominique Demers a été récompensée par de nombreux prix dans le domaine du journalisme, dont le Prix Judith-Jasmin en 1987. Pour ses oeuvres de littérature jeunesse, elle a obtenu le Prix M. Christie à quatre reprises : en 1993 pour Un hiver de tourmente, en 1994 pour Les grands sapins ne meurent pas, en 1998 pour La mystérieuse bibliothécaire et en 2001 pour Vieux Thomas et la petite fée. La mystérieuse bibliothécaire lui a également valu, en 1999, le Grand Prix du livre de la Montérégie, catégorie livres jeunesse. Le Prix du Signet d'Or de Plaisir de lire lui a été attribué pour Ils dansent dans la tempête. Elle a aussi reçu le Prix Québec/Wallonie-Bruxelles en 1995. Ses romans Les grands sapins ne meurent pas et La mystérieuse bibliothécaires sont inscrits sur la liste d'honneur de l'international Board on Books for Young People couronnant les meilleurs romans jeunesse du monde. Son roman La Nouvelle maîtresse a reçu, en 1996, le Prix de la Livromagie (roman préféré des enfants) de Communication-Jeunesse. En 1997, Dominique Demers a été finaliste du Prix du Gouverneur général du Canada et du Prix Brive/Montréal pour Maïna, tomes 1 et 2, et elle a obtenu le Prix Coup de coeur dans le cadre du 25e anniversaire de Communication Jeunesse. Enfin, en 2000 on lui a décerné le Prix littéraire de la Montérégie (catégorie roman) pour Le pari. Elle est membre de l'Union des écrivaines et des écrivains québécois depuis 1994.

Source : L'Infocentre littéraire des écrivains - www.litterature.org

Pour en savoir plus

 


Militante, journaliste et députée nationaliste née en 1961, elle est la première femme kurde à être élue au parlement turc. Elle a fondé au cours des années 1980 une association féminine et un groupe de soutien aux familles de prisonniers, alors que son époux, maire élu de la ville de Diyabakir était incarcéré pour délit d'opinion. Elle écrit parallèlement pour le Yeni Ulke, dont elle devient finalement éditrice. Elle se présente ensuite aux élections générales de 1991 et remporte une majorité écrasante auprès des habitants de Diyarbakir, majoritairement kurdes.

Layla Zana a été arrêtée en 1994, à la fin de son mandat, alors que se levait l'immunité parlementaire dont elle avait joui en tant que députée. Elle a été incarcérée avec trois autres ex-parlementaires kurdes, sous des accusations de trahison. On lui reproche d'avoir porté, au moment de son intronisation comme membre du parlement, un bandeau aux couleurs nationales kurdes et d'avoir prononcé des paroles de réconciliation entre les peuples kurde et turc. La simple reconnaissance de l'existence d'une minorité kurde est, en Turquie, assimilée à une menace pour la sécurité nationale.

Les accusations portées contre elle ont par la suite été réduites à celle de "participation à un mouvement armé illégal d'opposition" et lui ont valu en 1994 une condamnation à 15 ans d'emprisonnement.