2014 : DÉDICACE de Oana Avasilichioaei pour Ayyad al-Harbi (Koweït)
   

 

For Ayyad al-Harbi

law speaks in quivers, whips
law marches in tight ranks
line by line months break
an animal eats its own animal
a leaf dies by frost, law silences

do you dare, do you dare storm these walls?
do you dare put in motion the hand, the word?

I have written these words, without much consequence, yet you live them in their full and brutal consequence. The distance between our worlds is vast, perhaps impossible to frontier but in language acts. Because words are not simple, not innocent. And living them is courageous.

Oana Avasilichioaei Montreal, 01/10/14





 
  Oana Avasilichioaei
(Québec)
    Ayyad al-Harbi
(Koweït)
 
 

© Pam Dick


Poète, traductrice et rédactrice, Oana Avasilichioaei, née en Roumanie, est arrivée au Canada en 1987 et vit à Montréal depuis 1999. Son travail poétique oscille entre différents domaines dont la géographie, l’espace public, l’architecture, l’oralité, le plurilinguisme, la performance et le son. Elle a écrit quatre recueils de poésie : Abandon (2005), feria : a poempark (2008), We, Beasts (2012, A. M. Klein Prize for Poetry) et Limbinal (2015). Elle a traduit du roumain vers l’anglais (Paul Celan et Nichita Stănescu) et du français vers l’anglais (Louise Cotnoir, Daniel Canty et Bertrand Laverdure). Elle a également participé à de nombreuses lectures publiques, performances et festivals au Canada et à l’étranger (États-Unis, Mexique, France, Slovénie, Espagne, Angleterre, Pays-Bas). www.oanalab.com

 




Journaliste, il a été condamné en janvier 2013 à deux ans d’emprisonnement pour supposées insultes à la famille royale. Il affirme avoir utilisé des termes appropriés en faisant référence à l’Émir. Dans des tweets qui datent de novembre 2012, il avait critiqué le gouvernement, l’enjoignant de cesser l’oppression des citoyens. Sur le site web Sabr il a encouragé la population à se soulever contre la corruption et à défendre la liberté d’expression et les droits des femmes. Ces derniers temps, le Koweït a le plus haut taux d’emprisonnement de journalistes et blogueurs du monde arabe en claire violation de ses engagements.