2007 : DÉDICACE DU LIVRE, Mondes fragiles choses frêles
   

Tout passe par les mots et ils font tout passer. Oiseau, fenêtre, mais aussi solitude, même silence, surtout liberté. Attendue, désirée, éprouvée, reprise ou sacrifiée, surveillée, empêchée,- la liberté passe par le tamis des mots, traverse leur clairière, à l'écoute de la rumeur du vent, s'approche du bord de l'horizon. Parfois c'est le bord d'une falaise. Mais sans les mots, tout s'arrêterait, et d'abord l'espoir, plus violent que la vie.

Mieux que quiconque, pour avoir écrit des poèmes en faveur de la démocratie, vous le savez, Zeya Aung.

À travers les « Mondes fragiles, choses frêles » qui nous relient, je souhaite partager la ferveur et « La force du paon combattant » dont vous êtes l'auteur.

Hélène Dorion





    Hélène Dorion     Zeya Aung (Myanmar)
 
 

Née à Québec, Hélène Dorion a publié plus d'une vingtaine de livres, parmi lesquels Ravir : les lieux (2005) qui lui a valu le prix de poésie de l'Académie Mallarmé et le prix du Gouverneur général du Canada, un essai, Sous l'arche du temps (2003), et Jours de sable (2002), roman pour lequel elle a reçu le prix Anne-Hébert. En 2006, les Éditions de l'Hexagone ont publié une rétrospective de son oeuvre poétique intitulée Mondes fragiles, choses frêles. Elle est aussi l'auteure de nombreux livres d'artistes. Elle collabore régulièrement à des ouvrages collectifs et ses textes figurent dans de nombreuses anthologies de poésie francophone. Son oeuvre, traduite et publiée dans une quinzaine de pays, lui a valu plusieurs prix littéraires décernés au Québec et à l'étranger. Elle fait partie du jury des prix internationaux de poésie de langue française Léopold Senghor et Louise Labé. En 2006, Hélène Dorion a été reçue à l'Académie des lettres du Québec et en 2007, elle a été nommée Chevalier de l'Ordre national du Québec.
 


En juin 2006, Zeya Aung, étudiant de l'université de Pegu, a été arrêté (avec six autres étudiants) pour avoir rédigé et publié un recueil de poèmes en faveur de la démocratie. Le titre du livre est Daung Man, soit « La force du paon combattant », qui est l'un des symboles du mouvement démocratique birman.

Zeya Aung, a, par ailleurs, été accusé d'avoir franchi illégalement la frontière avec la Thaïlande et d'avoir collaboré avec des « organisations illégales ». Il a été condamné à dix-neuf ans de prison.

Source : RSF