2006 : DÉDICACE DU LIVRE, Une île de rêves
   

À madame Ipek Çalislar, ce roman d'une île où trois personnages - deux femmes et un homme - évoluent sur un sol instable, entouré lui-même d'un espace océanique en perpétuel mouvement. Espace trompeur, réduit à l'enfermement. Ainsi doit-on éprouver cette sensation d'étouffement mêlé d'espérance en son propre pays lorsqu'on en défend les droits et privilèges. Dans ce lieu immense qui est le vôtre, votre parole de femme se fait entendre, elle dérange. Vous êtes persécutée, certes, mais l'action que vous menez franchit déjà vos frontières. Ce sont pour ces raisons que je me fais la complice de votre détermination à lutter pour toute forme de liberté, qu'elle soit individuelle ou collective.

Avec mon admiration pour votre courage. Dominique Blondeau, écrivaine, octobre 2006



    Dominique Blondeau     Ipek Çalislar (Turquie)
 
 


Romancière et nouvelliste, Dominique Blondeau fait des études de philosophie en France et des études d'informatique au Maroc, où elle a pratiqué le métier de programmeur.   Elle arrive à Montréal en 1969 et devient pigiste pour Radio-Canada. Elle publie son premier roman, Les visages de l'enfance, en 1970. Depuis 1989, elle est membre du comité de rédaction de la revue Arcade. Elle collabore également à la revue Moebius.

Fascinée par le temps et la mémoire, Dominique Blondeau a reçu le Prix France-Québec 1986, pour Un Homme foudroyé, une oeuvre romanesque dans laquelle se déploie un réseau complexe de situations psychologiques, et une mention spéciale à ce même prix, en 1990, pour son ouvrage Destins . La Meilleure Plume XYZ 1997 lui a également été décernée pour sa nouvelle La Féline.

Source : L'Infocentre littéraire des écrivains - www.litterature.org

Pour en savoir plus

 


Le procureur général de Bagcilar a entamé des procédures judiciaires contre Ipek Çalislar en l'accusant d'avoir « insulté Mustafa Kemal Atatürk » dans son dernier livre, Latife Hanin, publié en juin 2006. Madame Çalislar risque 4 ½ ans de prison si elle est reconnue coupable d'insulte à Atatürk. L'accusation est fondée sur un passage de son livre où le personnage d'Atatürk évite un affrontement avec des adversaires en mettant un voile et en fuyant le palais présidentiel, costumé en femme.

D'autres charges sont retenues contre Mme Çalislar, concernant sa biographie de Latife Ussaki, la femme d'Atatürk, la mémoire de l'homme d'État étant protégée par une loi spéciale.

La première audience, qui a eu lieu le 5 octobre et à laquelle elle n'a pas assisté. PEN International presse Ankara d'amender l'article 301 du code pénal qui a servi de base à des poursuites contre quelque 70 intellectuels, dont les romanciers Orhan Pamuk et Elif Shafak.

La cour a ajourné le procès de Mme Çalislar au 19 décembre.

Source : PEN international et Le Monde

Traduction :   André Racette

Révision : Andrée Dahan