2018 : DÉDICACE de Abla Farhoud à Zehra Doğan (TURQUIE)
   

 

À Zehra Dogan,

Quand on m’a demandé d’être jumelée à toi, j’ai dit OUI tout de suite. En plus de la cause qui me tient à cœur, ton nom m’a accrochée – le même que celui de ma mère et de ma petite-fille.
Zehra Zahra Zihri
Je l’ai cherché dans le dictionnaire français-arabe : fleur, beauté, éclat, splendeur.
En prenant connaissance de ta lettre envoyée à ta famille, il fallait ajouter TÉNACITÉ FORCE COURAGE CRÉATIVITÉ, car c’est exactement ce que j’ai ressenti en te lisant.
Tu es une vraie Kurde, Zehra Dogan, digne de tes ancêtres qui se battent depuis si longtemps pour leurs droits et leur pays.
Que vivent libres ta plume et tes pinceaux, pour nommer les injustices et peindre les violences! Qu’aucun malheur ni prison jamais ne t’arrêtent!
Je te soutiens en pensée et en écrits; je suis fière de toi, tout autant que je le serais de ma fille!

Montréal, 24 juillet 2018
Abla Farhoud





 
  Abla Farhoud
(Québec)

   

Zehra Doğan
(Turquie)

 
 

© Mathieu Rivard

D’origine libanaise, Abla Farhoud habite au Canada depuis 1951. Elle a étudié le théâtre à Paris et détient une maîtrise en théâtre de l'UQAM. Elle a écrit une douzaine de pièces de théâtre dont Les Filles du 5-10-15¢, Jeux de Patience et Les Rues de l'alligator, et des romansdont Le Bonheur a la queue glissante, Splendide Solitude et Le fou d'Omar. Ses livres sont traduits en plusieurs langues et ses pièces sont jouées au Canada et à l'étranger. Elle a gagné entre autres prix celui de la Société des écrivains canadiens, le France-Québec et l’Arletty de l'universalité de la langue française.

 

 

Née en 1989, Zehra Doğan est une journaliste et artiste turque, d’origine kurde. Elle a été arrêtée en juillet 2016, libérée en décembre 2016 et condamnée en mars 2017 à deux ans et 10 mois de prison pour avoir créé un tableau d’une ville turque lourdement endommagée par les forces de sécurité turques. Elle a été accusée de « propagande pour le compte d’une organisation terroriste » et d’entretenir des liens avec le PKK, le Parti des travailleurs du Kurdistan. Elle a reçu de nombreux prix pour son travail, dont, en 2015, le prestigieux prix de journalisme Metin Göktepe.

Sources :  Amnistie internationale/PEN International