2006 : DÉDICACE DU LIVRE, Ailleurs ici
   


La chaîne qui nous relie, c'est celle des mots.
Je nous souhaite qu'il n'y en ait plus jamais d'autre nulle part.

Élisabeth Vonarburg



    Élisabeth Vonarburg     Zheng Yichum (Chine)
 
 


Écrivaine, compositrice et interprète, Élisabeth Vonarburg immigre au Canada en 1973. Elle a enseigné la littérature et la création littéraire dans plusieurs universités du Québec. Parallèlement, elle mène tour à tour les carrières de recherchiste, d'animatrice, de traductrice et de critique littéraire. Elle a aussi été directrice de la revue Solaris de 1979 à 1989. Elle écrit et publie de la science-fiction depuis plus de vingt ans, tout en participant régulièrement à des colloques européens et canadiens ainsi qu'à divers événements littéraires.

Récipiendaire de nombreux prix, Élisabeth Vonarburg a reçu le prix Solaris pour l'oeil de la nuit en 1978. Son livre Chroniques du pays des mères, publié en 1992, a obtenu plusieurs prix : au Canada, le Grand Prix Logidec de la science-fiction et du fantastique québécois et le Prix Aurora; aux États-Unis, le prix spécial Philip K. Dick Award. Elle a également obtenu le Grand prix de la SF française pour son premier roman, Le Silence de la Cité, en 1982, le Grand Prix de la science-fiction et du fantastique québécois pour Tyranaël 1 et 2 en 1997, le Prix Femme et littérature attribué par le Conseil québécois du statut de la femme en 1998 et, en 2001, le Prix Boréal de la meilleure nouvelle pour «Les Dents du dragon». En 2006, elle a remporté le Prix de la science-fiction et du fantastique québécois pour La Maison d'oubli et Le Dragon de feu, les deux premiers tomes de Reine de mémoire. Elle a été Présidente de l'Association professionnelle des écrivains de la Sagamie-Côte Nord de1996 à 2000. Elle est membre de l'Union des écrivaines et des écrivains québécois.

L'écrivaine élabore des mondes complexes et magiques, à partir d'une langue simple et acccessible à un large public.

Source : L'Infocentre littéraire des écrivains - www.litterature.org

Pour en savoir plus

 


Né en 1958. Poète, professeur et journaliste pigiste. Arrêté le 3 décembre 2004, condamné à sept ans d'emprisonnement. Il a été accusé d'avoir écrit 63 articles destinés à des sites Internet. Sa famille aurait été menacée de représailles si elle s'adressait aux médias internationaux ou aux organismes de droits humains pour publiciser l'arrestation. Zheng Yichun a été reconnu coupable de « subversion du pouvoir de l'État », par la Cour populaire intermédiaire de Yingkou, de la Province de Liaonin, dans le nord de la Chine, le 21 juillet 2005. Il a obtenu sa sentence le 20 septembre, et son appel a été rejeté le 22 décembre 2005. Il est détenu à la prison no. 1, à Panjin. Zheng Yichun est diabétique et des traitements médicaux lui ont été refusés à plusieurs reprises. PEN international s'inquiète pour sa santé.

Zheng Yichun est membre de la minorité coréenne. Il a publié huit recueils de poésie et près de 200 articles politiques. Il a publié des textes dans diverses publications, notamment Epoch Times, et dans différents sites Internet, incluant Boxun et Democracy Forum, qui sont tous situés hors de Chine. Avant son arrestation, il était professeur d'anglais à l'Université de Liaoning. Il est membre honoraire de PEN Canada.

Source : PEN international

Traduction : André Racette

Révision : Andrée Dahan