2005 : DÉDICACE DU LIVRE, UNE COLLECTION DE LUMIÈRES
   

Cher Nurmehemmet Yasin,

Dans la circulation des formes, nous trouvons ce que nous sommes. Dans cette anthologie, vous verrez les colonnes, les blocs, les échelles, les traits qui parfois se touchent, se superposent ou s'isolent, ne cessent leurs mutations. Telle la lumière fluide, mobile et en constante renaissance, ce sont autant d'instruments de rêverie pour demeurer libre.

Nous, poètes, écrivains, poissons volants, sommes ce livre de mutations devant le monde. Ce monde a besoin de vos oiseaux, de vos poèmes, de vos questions, de votre engagement qui témoignent de l'étendue de votre espace intérieur. N'en doutez pas.

Avec le solide espoir de savoir que bientôt vous toucherez au vent et aux cheveux de vos enfants.

J'attends avec vous.

Louise Warren




    Louise Warren     Nurmehemmet Yasin (Chine)
 
 


Poète, romancière et essayiste, Louise Warren détient une maîtrise en création littéraire de l'Université du Québec à Montréal. De 1977 à 1979, elle est coordinatrice des activités de Communication-Jeunesse, ainsi que membre de son Conseil d'administration. De 1979 à 1983, elle se consacre à la recherche, à la critique, à l'animation d'ateliers et à l'enseignement de la littérature jeunesse à l'Université du Québec à Montréal et à l'Université McGill où elle est chargée de cours. En 1982, elle publie ses premiers textes de fiction dans les revues Dérives et La Nouvelle Barre du jour. En 1984, elle fait paraître un conte pour enfants aux éditions du Sorbier à Paris. Depuis, elle n'a pas cessé de publier.

D'abord poète, elle a publié plus d'une dizaine de recueils. Elle participe régulièrement à divers événements littéraires et artistiques et collabore avec des artistes en art visuel. Elle fait fréquemment partie de jurys d'attribution de subvention et de prix de poésie et participe à des colloques internationaux. En 1987, elle commence à constituer le Fonds Léonise Valois, du nom de la première femme à publier un recueil de poésie au Québec. En tant que conservatrice invitée, elle conçoit et contribue à la réalisation du projet de l'exposition Léonise Valois, femme de lettres. Une rencontre, qui s'est tenue au Musée régional de Vaudreuil-Soulanges en 1994. Son essai Interroger l'intensité inaugure, entre art et poésie, un atelier dont les fenêtres ne cessent de s'ouvrir. Bleu de Delft. Archives de solitude en est la continuité et dialogue avec La poésie mémoire de l'art, une anthologie de poésie québécoise dédiée aux arts visuels. Cette recherche se poursuit dans Objets du monde. Archives de lumière.(en préparation).

Les oeuvres de Louise Warren ont été mises en nomination à de nombreux prix, dont le Prix Émile Nelligan pour Notes et Paysages, le Prix de poésie Terrasses Saint-Sulpice de la revue Estuaire pour Terra incognita, le Prix Victor-Barbeau de l'essai de l'Académie des lettres du Québec pour Bleu de Delft et le prestigieux Prix de poésie du Gouverneur général du Canada pour La lumière, l'arbre, le trait. Quant à La pratique du bleu, il a été mis en nomination au Grand Prix du festival international de poésie de Trois-Rivières ainsi qu'au Prix Alain Grandbois de l'Académie des lettres du Québec. À deux reprises, elle a été lauréate du Grand Prix de Poésie de la Société Radio-Canada (en 1999 et en 2000). Elle a obtenu à plusieurs reprises des bourses de création et de voyage du Conseil des arts du Canada et du Conseil des arts et des lettres du Québec, ainsi que la bourse de résidence à la Vertalershuis (Maison des traducteurs) à Leuven, en Belgique (2002 et 2003). En 2003, elle a obtenu le Prix de la création artistique en région du Conseil des arts et des lettres du Québec soulignant l'ensemble de son oeuvre ainsi que le Prix de la Fondation Hector-Charland pour un projet de développement international.

Sur la scène internationale, elle a été invitée au Festival international de poésie de Medellin (2002), de Cartagena de Indias (2003-2004), en Colombie, ainsi qu'au Festival mondial de poésie du Vénézuela (2004). Au printemps 2004, elle participera au Festival franco-anglais de poésie, à Paris, et, à l'automne, au Festival international de poésie de Wellington, en Nouvelle Zélande. Ses poèmes ont fait l'objet de traductions en anglais, en espagnol et en néerlandais.

Elle est membre de l'Union des écrivaines et des écrivains québécois, des Artistes pour la paix, et du Conseil de la culture de Lanaudière.

Source : L'Infocentre littéraire des écrivains - www.litterature.org

Pour en savoir plus

 


Auteur d'une nouvelle de 6000 mots intitulée « Wild Pigeon » qui s'intitule « Yawa Kepter » en langue uighoure (langue de la majorité musulmane du Xingjian, province du nord-ouest de la Chine) et qui a été publiée originalement à la fin de 2004 dans le Journal de Littérature Kashgar. Cette nouvelle est une allégorie sur la politique sévère du gouvernement chinois à l'égard de la Région autonome du Xingjian Uighour. C'est une fiction à la première personne, qui raconte l'histoire d'un jeune pigeon - le fils du roi pigeon - qui est attrapé et jeté en cage par des êtres humains et qui se suicide plutôt que de sacrifier sa liberté. Nurmehemmet Yasin a été arrêté le 29 novembre 2004. Après un procès à huis clos, en février 2005, pendant lequel Yasin n'a pu être défendu par un avocat, l'écrivain a été condamné à 10 ans de prison pour « incitation à la séparation du Uighour » et incarcéré le 19 mai 2005 à la Prison No. 1 d'Urumchi.

Source : Reuters et Radio Free Asia

Traduit de l'Anglais par André Racette.